Arbre dont j'ignore le nom - Grand Format

Edition bilingue français-arabe

Note moyenne 
Golan Haji et Pascale Lefebvre - Arbre dont j'ignore le nom.
Ce poème est issu et traduit de la production poétique contemporaine syrienne. Le port a jauni poursuit ainsi son exploration du champ poétique arabe,... Lire la suite
9,00 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 29 juillet et le 2 août
En magasin

Résumé

Ce poème est issu et traduit de la production poétique contemporaine syrienne. Le port a jauni poursuit ainsi son exploration du champ poétique arabe, de la poésie du désert qui date d'avant l'islam (Mu'allaqa, un poème suspendu, mars 2019) à la poésie moderne dialectale (avec la série des Roubaiyat, 5 recueils publiés depuis 2015) et jusqu'à la poésie contemporaine syrienne, très belle et très triste en même temps (Tireurs sportifs, 2018).
L'arbre dont j'ignore le nom est une méditation du poète sur l'exil et l'oubli. L'exil et l'incapacité à dire dans une autre langue, les "mots sont pauvres, ils montent et descendent comme le hoquet d'un nourrisson dans le brouillard d'une autre langue" . L'exil et le souvenir d'histoires familiales qui permettent d'évoquer ce que l'on fut, là d'où l'on vient. L'exil et la violence subie, "l'épouvante devant la vengeance des serpents blessés" .
L'exil et son attente, l'exil est son silence, au point que la peur est devenue tristesse.

Caractéristiques

  • Date de parution
    05/06/2020
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-919511-65-5
  • EAN
    9782919511655
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    24 pages
  • Poids
    0.094 Kg
  • Dimensions
    17,0 cm × 22,0 cm × 0,3 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Golan Haji est un poète de la jeune génération syrienne. Il est arrivé en France en 2012 suite à la guerre qui traverse par son pays. Son oeuvre est sombre et profonde, politique sans être idéologique, son écriture en arabe est d'une puissance poétique et évocatrice exceptionnelle. Depuis longtemps traduit en anglais, il a été traduit en français pour la première fois au Port a jauni en 2018 (Tireurs sportifs, illustrations de Thomas Azuélos), L'arbre dont j'ignore le nom sera son deuxième poème publié en France.
Par ailleurs, Golan Haji est traducteur du français vers l'arabe et il a traduit récemment au Port a jauni Les herbes folles (octobre 2019), Pomponpompon (septembre 2019), Mu'allaqa - un poème suspendu (mars 2019) dont la traduction arabe est saluée par les lecteurs de cette langue. - Pascale Lefebvre est lilloise, issue de l'Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg, elle vit à Marseille depuis vingt ans où sa vie de peintre n'a cessé de se transformer.
Elle dessine quotidiennement au pinceau, au stylo, à la plume, au bâton, etc. la vie de tous les jours, de ceux qui l'entourent, de l'environnement, de ses étudiants en école d'art à Gardanne et Aix-en-Provence. Dans de vieux registres de commerce de grand format, elle dessine depuis plusieurs années des arbres à l'encre de chine et aux pinceaux. Selon les périodes, ses arbres sont tantôt sauvages, tortueux, torturés, élancés libres vers le ciel, noueux aux racines bien ancrées, emmêlés comme des cheveux...
Ils forment un écho étonnant, bien que dessinés indépendemment du texte, à l'arbre dont Golan Haji ignore le nom.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

9,00 €