Au présent de tous les temps - Correspondances - Grand Format

Note moyenne 
Jean-Louis Giovannoni et Bernard Noël - Au présent de tous les temps - Correspondances.
Cette correspondance rassemble près de 80 lettres que se sont échangées en deux temps Jean-Louis Giovannoni et Bernard Noël, qui sont deux boussoles,... Lire la suite
24,00 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 17 août et le 22 août
En magasin

Résumé

Cette correspondance rassemble près de 80 lettres que se sont échangées en deux temps Jean-Louis Giovannoni et Bernard Noël, qui sont deux boussoles, deux champs magnétiques incontournables du catalogue des Editions Unes, et du champ poétique contemporain. Une première période, ouverte en 1991, s'achève en 1995 après une vingtaine de lettres, avant de faire place à deux décennies de silence et la reprise des échanges en 2017, qui comptent près de 60 lettres jusqu'en 2020.
Correspondance strictement littéraire, où les aspects privés de la vie intime n'apparaissent que brièvement au détour d'un drame (la disparition de Paul Otchakovsky Laurens), ou au travers des heurts sociaux (le mouvement des Gilets jaunes). Si le monde contemporain n'est pas totalement exclu de ces échanges (il s'y évoque la marchandisation du monde, les accélérations médiatiques ou l'espace grandissant des images), il s'agit avant tout de tresser, sans programme précis, un dialogue autour des préoccupations qui sont au centre de l'oeuvre de l'auteur d'Extraits du corps et de celui de Garder le mort : corps du langage et corps du monde, oubli et mémoire, absence et présence, regard et vision...
thèmes portés et rassemblés par l'interrogation du geste d'écrire, de la nature même de l'écriture, et de la singularité du poème. "Il n'y a pas de temps dans l'écriture" dit Bernard Noël, et le courant d'une discussion franche (sans peur d'assumer de part et d'autre les désaccords ponctuels) et ouverte nous porte d'une lettre à l'autre, dans les rebonds de deux pensées qui se croisent, remontent le courant parfois très en amont à la recherche d'une source de soi-même dans le flux des mots, cherchant à s'extraire de toute attraction du temps.
Ou plutôt, leurs voix traversées par le doute cherchent l'espace même de l'écriture, cet endroit où le temps devient un lieu. Lieu qu'ils inventent de lettre en lettre, dans leur rapport à l'intériorité, tumultueuse, vociférante et proliférante chez Giovannoni, silencieuse, attentive et esseulée chez Noël. C'est leur différence profonde de nature qui s'exprime dans ces pages affectueuses : les mots envahissent l'un et manquent à l'autre, l'un se débat, l'autre appelle.
Ils sont une masse organique pour l'un, une manifestation visible de la pensée pour l'autre. Il s'agit de "déposer son intimité à l'extérieur de soi" dit Bernard Noël, "c'est le regard de l'autre qui me met au monde et qui m'y maintient" répond Jean-Louis Giovannoni en écho. L'écriture, qui est cet "exercice du présent" , est le creuset de ce qui "échappe à la mémoire" , cherche un bord - bord de soi et bord du monde - dans l'entre-temps des choses où glissent langage et pensée, contre la solitude de la parole, au fil de ces échanges qui, plus qu'une correspondance, sont pour Bernard Noël "un essai amicalement partagé" .

Caractéristiques

  • Date de parution
    13/05/2022
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-87704-246-8
  • EAN
    9782877042468
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    202 pages
  • Poids
    0.402 Kg
  • Dimensions
    15,1 cm × 21,0 cm × 2,3 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Jean-Louis Giovannoni est né à Paris en 1950. Il a exercé le métier d'assistant social pendant plus de trente-cinq ans en hôpital psychiatrique. Il ouvre son oeuvre poétique avec Garder le mort en 1975, livre de deuil qui deviendra un classique de la poésie contemporaine. Auteur d'une trentaine d'ouvrages chez divers éditeurs (Unes, Leo Scheer, Lettres Vives, Champ Vallon), il compose une poésie de fragments interrogeant le malaise d'un rapport intime et extérieur au monde (Les Mots sont des vêtements endormis, Ce lieu que les pierres regardent, L'air cicatrise vite).
Ce rapport à l'espace s'incarne jusqu'à une forme d'abstraction aérienne à la fin des années 80 (L'Invention de l'espace, L'Immobile est un geste, Pas japonais) avant de faire place à de nouvelles formes, entre prose et poème. Depuis les années 90, ses thèmes interrogent notamment la violence des rapports sociaux (L'Election, Journal d'un veau, Sous le seuil, L'échangeur souterrain de la Gare Saint-Lazare), mêlant fantasmagorie et biographie, grotesque et pulsion, dans une figuration du monde ou le fourmillement de l'invisible se mêle à l'instabilité du corps personnel et collectif.
Il s'occupe par ailleurs de la publication des textes inédits de Raphaële George. Lauréat du prix Georges-Perros en 2010, il a été président de la Maison des écrivains et de la littérature. Bernard Noël est né en 1930 dans l'Aveyron. Il publie en 1958 Extraits du corps, un recueil dont l'influence n'a cessé depuis d'irriguer la poésie contemporaine. Son livre suivant, La face du silence, paraît neuf ans plus tard.
En 1973, la justice le poursuit pour outrage aux bonnes moeurs après la publication de son roman érotique Le Château de Cène. Il dirige un temps la collection Textes aux éditions Flammarion, et fait paraître en 1978 un incontournable Dictionnaire de la Commune. Marqué par les tragédies de l'histoire récente (de l'explosion de la première bombe atomique à la guerre d'Algérie), il poursuit depuis une oeuvre d'une liberté absolue, traversant tous les genres, aussi bien le roman, la poésie, les écrits politiques, les essais artistiques, les traductions de l'anglais, de l'italien, de l'hébreu ou de l'arabe.
Ses livres paraissent principalement aux éditions Fata Morgana, Flammarion, Unes, et P. O. L. qui a entrepris en 2010 la publication de ses oeuvres complètes. Il noue autour de la question du regard, très présente dans son oeuvre, de grandes proximités avec les artistes de son temps, sur lesquels il écrit ou réalise de nombreux livres d'artistes. Bernard Noël a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Antonin-Artaud en 1967, le prix Guillaume Apollinaire en 1976, le Grand prix national de poésie en 1992 ou le Grand prix de poésie de l'Académie Française en 2016.
Il s'éteint en avril 2021.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

24,00 €