Caton ou le citoyen

Note moyenne 
Jean-Noël Robert - Caton ou le citoyen.
" On gagne plus, parfois, à avoir de rudes ennemis que des amis qui paraissent agréables : les premiers disent souvent la vérité, les autres jamais.... Lire la suite
25,00 €
Expédié sous 3 à 7 jours
Livré chez vous entre le 8 avril et le 10 avril

Résumé

" On gagne plus, parfois, à avoir de rudes ennemis que des amis qui paraissent agréables : les premiers disent souvent la vérité, les autres jamais. " " La vie humaine est à peu près comme le fer. Si on le fait travailler, il s'émousse ; si on ne le fait pas travailler, la rouille le détruit quand même. Ainsi, nous voyons que les hommes s'usent en travaillant ; mais si on ne leur fait rien faire, la paresse et la torpeur causent plus de dommages que le travail.
" " Les moutons, pris un à un, n'obéissent pas ; mais en troupeau, ils suivent ceux qui les mènent. De même, tels conseillers, que vous n'estimeriez pas devoir écouter dans le privé, vous mènent à leur gré quand vous êtes assemblés. " " Ce n'est pas que je blâme ceux qui cherchent à bien profiter des occasions ; mais moi, j'aime mieux rivaliser de vertu avec les meilleurs que de richesses avec les plus riches et d'avidité avec les plus avides.
" " Un homme qui bat sa femme ou son enfant porte la main sur les objets les plus sacrés ; je regarde comme plus digne d'éloge d'être un bon époux que d'être un grand sénateur. " Caton l'Ancien. Deux membres de la famille des Pocii Catones se sont illustrés dans l'histoire de la République romaine et su sont affirmés comme des figures politiques majeures, chacun à son époque. Le premier, dit " l'Ancien " s'est voulu le gardien des valeurs républicaines en un temps où la culture grecque les menaçait, au début du IIe siècle avant notre ère.
C'est le célèbre censeur auquel s'intéresse la présente biographie. Son sens du devoir au service de ses compatriotes a magnifié l'image du citoyen exemplaire. Le second, Caton le Jeune, son arrière-petit-fils, contemporain de Pompée et de César au Ier siècle avant notre ère, a fondé sa détermination politique sur l'exemple de son glorieux ancêtre et a tenté de s'opposer à la dérive du régime républicain qu'il considérait perverti par l'ambition de dynastes démagogues.
Imprégné de philosophie stoïcienne, devant la victoire de César, il a préféré se donner la mort avec un courage qui força l'admiration. L'un avait incarné la conscience républicaine, le suicide de l'autre matérialisait la fin de la République. Tous deux sont ainsi entrés dans la légende. Les historiens de l'Antiquité ont célébré leur virtus. Admiratif, Robespierre disait, en parlant du second " Citoyens, vos représentants...
sont décidés, comme Caton, à se déchirer les entrailles plutôt que de se rendre. " Du premier, Cicéron saluait l'universalité des talents : " Personne, devant le peuple, ne fut plus énergique, au Sénat, ne fut plus utile. Ajoutez que, sans conteste, il était également un général de premier ordre. Enfin, tout ce que, de son temps, on pensait savoir et apprendre dans notre ville, il l'étudia, le sut et même en écrivit.
" Tout l'idéal du citoyen romain tient dans cet hommage. Caton l'Ancien (- 234 / -149) fait figure d'exception dans l'histoire romaine, autant par sa longévité politique que par sa carrière exemplaire qui lui permit d'exercer une influence déterminante sur le destin de Rome au lendemain de la guerre contre Hannibal. Parangon de la vertu romaine, gardien de la morale, censeur redouté et défenseur infatigable d'une identité romaine menacée, à son époque, par l'hellénisme, il est entré dans la légende, de son vivant, comme l'incarnation du citoyen par excellence.
Mais, de sa légende, le célèbre censeur de - 184 s'est rapidement trouvé prisonnier. En statufiant le magistrat dans une gloire trop rigide, la postérité l'a figé dans une attitude hiératique. La présente biographie - la première en français se propose d'enquêter sur la vérité d'un homme qui symbolise dans les mémoires et la tradition, jusqu'au XXe siècle, l'intransigeance, la rigueur et l'honnêteté en politique comme dans la vie quotidienne.

Sommaire

    • La statue du commandeur
    • La jeunesse d'un paysan-soldat
    • La carrière et les honneurs
    • Le chemin de la gloire
    • Caton le censeur
    • L'homme politique et l'hellénisme
    • L'orateur et l'écrivain
    • Ultimes combats
    • En guise d'épitaphe

Caractéristiques

  • Date de parution
    18/04/2002
  • Editeur
  • ISBN
    2-251-44205-7
  • EAN
    9782251442051
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    418 pages
  • Poids
    0.57 Kg
  • Dimensions
    14,5 cm × 22,5 cm × 3,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Noël Robert

Jean-Noël Robert, latiniste, historien de Rome, a déjà publié, aux éditions Les Belles Lettres, plusieurs ouvrages sur l'histoire du comportement, parmi lesquels Les Plaisirs à Rome, Les Modes à Rome ou Éros romain, sexe et morale dans l'ancienne Rome. Il dirige en outre la collection des " Guides Belles Lettres des Civilisations " dont il a signé le premier volume, Rome.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK