Céline Cléron - La dénature, école des Beaux-Arts de Poitiers

Guillaume Constantin

(Interviewer)

,

Céline Cléron

(Personne interviewée)

Note moyenne 
Danielle Orhan - Céline Cléron - La dénature, école des Beaux-Arts de Poitiers.
C’est au travers de sculptures, d’objets et, plus récemment, d’oeuvres photographiques ou filmiques, que s’exprime Céline Cléron, bien qu’elle... Lire la suite
18,30 €
Actuellement indisponible

Résumé

C’est au travers de sculptures, d’objets et, plus récemment, d’oeuvres photographiques ou filmiques, que s’exprime Céline Cléron, bien qu’elle entretienne un rapport intime avec la peinture. L’artiste s’attelle à déchiffrer, à voir dans les images d’autres images. Une cocotte amidonnée vient, sans effraction, se substituer dans Construction # 1 à la cornette d’une religieuse. La bien-nommée Construction # 2 reprend symboliquement la structure de La Flagellation du Christ de Piero della Francesca, la percée en perspective de l’arrière-plan et la conversation tripartite des personnages au devant de la scène.
Céline Cléron décadre puis recadre, introduit comme une anomalie dans les images. La rencontre incongrue, chère à Maldoror, gouverne nombre de procédés créatifs de l’artiste, marquée en particulier par Bicycle Seat Covered with Bees de Meret Oppenheim et imprégnée de l’esprit surréaliste. Une image se superpose ou se confronte à une autre, sur le mode de la trouvaille hasardeuse ou bien par réminiscence.
Ce qu’elle a lu, ce qu’elle a vu sont autant de sources d’inspiration. Mais aussi les gestes qu’elle a accomplis. Les procédés établis ou les conditions posées par l’artiste peuvent être des tentatives pour provoquer « quelque chose » mais elles sont aussi, en elles-mêmes, des contenus. Des motifs se détachent, apparaissant parfois en négatif, ceux qui montrent l’action de l’homme sur la nature. Céline Cléron bouscule l’ordre inscrit du monde qui l’entoure, déjoue ou au contraire rappelle avec force détournements les lois de la nature.
Et ce, dès lors que le jeu consiste à agir de telle façon dans le but d’obtenir telle ou telle forme ou effet, parfois difficilement prévisible. Rien n’est droit dans la nature. Si ce n’est ce qui a été forgé par l’esprit et la main de l’homme. Dans le même temps, c’est à cette dernière que Céline Cléron confie ses désirs de reconquête de l’enfance, cette nécessité d’en découdre, précisément, avec les habitudes visuelles et les habitudes de pensée.
De fil en aiguille, elle tisse un écheveau de trajets liés les uns aux autres, son oeuvre dessine une trame imprégnée d’antiques croyances. Elle tend un fil d’Ariane.

Caractéristiques

  • Date de parution
    22/08/2011
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-917130-45-2
  • EAN
    9782917130452
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    46 pages
  • Poids
    0.168 Kg
  • Dimensions
    19,0 cm × 24,0 cm × 0,5 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Danielle Orhan

Danielle Orhan est historienne de l’art et éditrice. Guillaume Constantin est artiste, représenté par la galerie Bertrand Grimont à Paris et la galerie Bonneau-Samamès à Marseille, il est également commissaire d’exposition aux Instants Chavirés à Montreuil.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés