Dostoïevski et la logique - Grand Format

Note moyenne 
Plusieurs personnages de Dostoïevski ont une affection particulière pour le mot "logique ". L'écrivain fait vivre ses créatures en caractérisant... Lire la suite
18,00 €
Expédié sous 6 à 12 jours
Livré chez vous entre le 19 juillet et le 22 juillet
En magasin

Résumé

Plusieurs personnages de Dostoïevski ont une affection particulière pour le mot "logique ". L'écrivain fait vivre ses créatures en caractérisant le langage de chacun. Il perçoit et reproduit d'infinies nuances, depuis l'argot du bagnard jusqu'à la prose de l'évêque. Il sait que le mot " logique " est susceptible de prendre des significations différentes, depuis celle que lui donne le logicien de profession jusqu'à des interprétations très floues, dans des conversations de salon.
L'adjectif "logique", en russe comme en français, est parfois presque synonyme d'" évident ", voire de "normal ". Dans Les Frères Karamazov, un illustre médecin confond " logique " et "bon sens ". Ces flottements de la langue permettent le développement du scientisme qui a dominé le XIX' siècle. Une prétendue logique se fait agressive. C'est ainsi que Dostoïevski lui-même, à titre personnel, a ressenti les choses.
Il ne songe pas à répondre en utilisant les mêmes armes. Contrairement à ce qu'ont pensé de nombreux commentateurs, il évite la controverse. Comme certains de ses personnages, il est attaché à la personne du Christ, telle qu'elle apparaît dans l'Evangile. Il souffre d'entendre des athées l'injurier. En tant que romancier, il est capable de comprendre une pensée agressive comme celle d'Ivan Karamazov.
Quand il publie les propos du starets Zossima, dont il dit partager les idées, il estime avoir " répondu" à Ivan ; il ne pense pas l'avoir " réfuté ". Contrairement à certains de ses personnages, il ne nie pas la valeur de la logique. Il choisit plutôt de la critiquer, c'est-à-dire de tracer les limites de son pouvoir. Et il décrit impitoyablement les effets de certaine idéalisation de la logique, qui met en jeu les prestiges de l'imaginaire et les charmes douteux de l'hyperbole.

Caractéristiques

  • Date de parution
    14/10/2021
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-85065-297-4
  • EAN
    9782850652974
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    330 pages
  • Poids
    0.422 Kg
  • Dimensions
    14,0 cm × 20,5 cm × 2,0 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

A travers de nombreux exemples tirés des romans de Dostoïevski, dont le texte originale figure en notes, Jean-Louis Backès explore le rapport que Dostoïevski entretient avec la logique. Dostoïevski ne nie pas la valeur de la logique. Il choisit plutôt de la critiquer, c'est-à-dire de tracer les limites de son pouvoir. Et il décrit impitoyablement les effets de certaine idéalisation de la logique, qui met en jeu les prestiges de l'imaginaire et les charmes douteux de l'hyperbole.
Agrégé de russe et Docteur ès Lettres, Jean-Louis Backès signe de nombreuses traductions et commentaires de classiques de la littérature russe (Eugène Onéguine, Les Démons...).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

18,00 €