Goethe-Schiller Correspondance 1794-1805 - Tome 2, 1798-1805

Note moyenne 
Johann Wolfgang von Goethe et  Schiller - Goethe-Schiller Correspondance 1794-1805 - Tome 2, 1798-1805.
C'est au coeur même de leur travail, chacun dans son rapport à l'oeuvre, que Goethe et Schiller correspondent pendant près de onze ans. Document très... Lire la suite
21,70 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 4 août et le 5 août

Résumé

C'est au coeur même de leur travail, chacun dans son rapport à l'oeuvre, que Goethe et Schiller correspondent pendant près de onze ans. Document très précieux, émouvant témoignage, cette Correspondance, que Goethe rend publique au soir de sa vie, est avant tout un poème en actes. Elle chante en un millier de lettres la véritable proximité, celle qui n'a nul besoin de devenir familière, l'amitié entre deux poètes, où chacun, conseillant l'autre, le confirme en fait dans son être, le confie au monde et l'établit plus solidement dans l'indéclinable et féconde solitude de l'oeuvre.
En un vivant échange s'ouvrent et se croisent au fil des lettres, à une époque charnière de la culture allemande, les chemins de ce qu'on figera plus tard en courants de pensée : le classicisme, le premier romantisme et l'idéalisme. Lisons la Correspondance entre Goethe et Schiller avec l' "attitude productive" souhaitée par celui-là. Remontons jusqu'à sa source poétique d'où tout s'anime et prend sens, notamment les questions d'esthétique.
Ces lettre peuvent nous apprendre, si nous savons entendre, qu'à notre époque, en plein règne de l'impoétique, il est possible de vivre un rapport poétique et amical au monde. C. R.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/12/1994
  • Editeur
  • ISBN
    2-07-073943-0
  • EAN
    9782070739431
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    600 pages
  • Poids
    0.63 Kg
  • Dimensions
    15,7 cm × 21,6 cm × 3,8 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Né en 1749 à Francfort, Johann Wolfgang von Goethe deviendra le principal ministre du grand duc Charles-Auguste à Weimar où il demeurera un demi-siècle, au milieu de la gloire universelle que lui valent autant son activité philosophique et littéraire que ses recherches scientifiques. Il a été le plus grand Européen du XVIII ? siècle. Il meurt à Weimar en 1832.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

21,70 €