LA DEFENSE DES INTERETS COLLECTIFS PAR LES ASSOCIATIONS DEVANT LES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ET JUDICIAIRES

Note moyenne 
Louis Boré - .
Plus d'un Français sur deux fait partie d'une association. C'est dire si ces groupements jouent un rôle important dans notre société. Alors que le... Lire la suite
41,75 €
Expédié sous 3 à 7 jours
En magasin

Résumé

Plus d'un Français sur deux fait partie d'une association. C'est dire si ces groupements jouent un rôle important dans notre société. Alors que le nombre de membres des syndicats et des partis politiques ne cesse de décliner, le monde associatif est en plein essor et invertit tous les domaines de la vie sociale. Le prétoire du juge n'y échappe pas. L'auteur analyse tous les aspects de l'activité juridictionnelle des associations, devant le juge civil, pénal et administratif, et dans les contentieux de la répression, de la répartition, de l'annulation et de l'injonction. L'action associative reçoit un accueil très varié de la part de ces juridictions. Si le juge judiciaire n'admet l'action associative pour la défense d'un intérêt collectif que si celle-ci peut se fonder sur une habilitation législative, et parfois même, aussi, sur un agrément administratif, ce principe connaît des exceptions. Quant au juge administratif, il accueille l'action d'intérêt collectif sans aucune condition d'habilitation, mais il limite sa recevabilité par d'autres moyens. Dans un cas, donc, l'association trouve en elle-même sa propre légitimité ; dans l'autre, elle lui est conférée par l'Etat. Entre ces deux systèmes, l'auteur prend résolument parti pour celui qui reconnaît aux associations une légitimité immanente. A partir du moment où la loi de 1901 a permis aux individus de se regrouper pour défendre un intérêt altruiste, et a conféré à ce groupement la personnalité juridique, il est anormal, dans un Etat de droit, de permettre à cette personne morale de tout faire pour défendre l'objet social qui est sa raison d'être, sauf d'agir en justice. L'auteur analyse les obstacles qui se dressent contre la reconnaissance de cette légitimité immanente des associations, et tente de montrer qu'aucun d'entre eux n'est véritablement décisif.

Sommaire

    • La légitimité des associations
    • Légitimité transcendante et légitimité immanente
    • Chances et risques de la légitimité immanente
    • La légitimité fonctionnelle de l'action des associations
    • Une fonction de suppression des illégalités
    • Une fonction de sanction des auteurs d'infractions pénales ou de fautes graves
    • Une fonction d'aide à la réparation des préjudices individuels

Caractéristiques

  • Date de parution
    12/06/1998
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-275-01535-3
  • EAN
    9782275015354
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    507 pages
  • Poids
    0.83 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,0 cm × 2,7 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Louis Boré

L'auteur est avocat. Il a été secrétaire de la Conférence du Barreau de Paris, et premier secrétaire de la Conférence des Avocats au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
41,75 €