offre livraison Astérix

La naissance de l'industrie à Paris - Entre sueurs et vapeurs : 1780-1930

Note moyenne 
Pour devenir capitale industrielle de l'Europe continentale, Paris développe entre 1780 et 1830 deux révolutions techniques. La première, biochimique,... Lire la suite
29,00 €
Expédié sous 8 à 17 jours
Livré chez vous entre le 4 novembre et le 12 novembre
En magasin

Résumé

Pour devenir capitale industrielle de l'Europe continentale, Paris développe entre 1780 et 1830 deux révolutions techniques. La première, biochimique, se déploie grâce à l'humidité ambiante et à la fermentation des matières organiques qui imbibent le sous-sol et la nappe phréatique : la capitale est la principale productrice de salpêtre et assure ainsi près du tiers des besoins en poudre. Peaux, graisses, os, sang, grains, chiffons, poils, verre, ferraille, cendres, ces matières brutes sont collectées, triées et transformées en atelier pour devenir des matières premières de haute valeur travaillées par le corroyeur, le hongroyeur, le chandelier, l'amidonnier ou le boyaudier, le fondeur, l'étameur, le plombier. Parallèlement à cette révolution artisanale qui tire parti d'un milieu particulièrement riche, une révolution chimique s'enclenche à l'initiative de l'Etat et des scientifiques qui s'impliquent pour rendre le royaume, la république, l'empire, moins dépendants des importations de soude, d'acide, de céruse, de cuivre, de fonte, d'or. Les manufactures - start-up dirions-nous aujourd'hui - prolifèrent dans les proches faubourgs, Grenelle, Vaugirard, La Gare, et aux portes, Saint-Martin, Saint-Denis, Temple, Saint-Antoine, engendrant de nouveaux métiers - blanchisseurs, cérusiers, raffineurs, laveurs de cendres - et de nouveaux produits - colle forte, bleu de Prusse, noir animal, platine, zinc, eau de Javel, soude - qui font du département de la Seine la première technopole. Enfin, dans les années 1820, la mécanique se déploie, comme en Grande-Bretagne. L'atmosphère séquanaise évolue dangereusement. La nappe souterraine est très saline. L'air devient nauséeux. Aux pollutions organiques dégagées par l'artisanat et la putréfaction de matières résiduaires - boues, eaux usées - s'ajoutent les pollutions minérales provenant de l'industrie consommatrice de houille, de la métallurgie et de l'orfèvrerie qui diluent des vapeurs chargées de métaux, de la chapellerie qui exhale du mercure. Les hôpitaux sont débordés ; les citadins rentiers se plaignent ; des épidémies couvent, malgré les mesures prises par la préfecture de Police pour enrayer les maux du progrès. Ambiance noire que quelques lumières éclairent avec peine. Cette histoire saisit l'ambiance ouvrière des arts industriels, elle décape une époque et une économie qu'on croyait bien connaître. C'est une histoire des techniques dans leur milieu.

Sommaire

  • LE BIOTOPE
    • Les eaux
    • La récolte du salpêtre
    • L'ossuaire
    • Collecte et abattage
  • LA REVOLUTION BIOCHIMIQUE
    • Génétique des arts
    • Des cuirs
    • Chapellerie
  • L'INDUSTRIE
    • Chimie industrielle
    • Métallurgies
    • Orfèvreries
    • La mécanique urbaine
  • LES ARTS INDUSTRIELS
    • Peindre la ville
    • Le blanc vêtu
    • La lumière artificielle

Caractéristiques

  • Date de parution
    15/02/2007
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-87673-459-3
  • EAN
    9782876734593
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    432 pages
  • Poids
    0.6 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 21,0 cm × 2,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'André Guillerme

André Guillerme est titulaire de la chaire d'histoire des techniques au Conservatoire national des arts et métiers.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

29,00 €