Le cerveau comme machine - Génies et surdoués à l'écran - Grand Format

Note moyenne 
L'intelligence est devenue une obsession contemporaine. Longtemps cantonnés aux énigmes policières et à la science-fiction, les personnages surdoués... Lire la suite
19,00 €
Expédié sous 6 à 12 jours
Livré chez vous entre le 21 mai et le 27 mai
En magasin

Résumé

L'intelligence est devenue une obsession contemporaine. Longtemps cantonnés aux énigmes policières et à la science-fiction, les personnages surdoués sont désormais omniprésents sur le grand et le petit écran : drame psychologique, comédie familiale, biopic, super-héros, espionnage... Les grandes figures du XIXe siècle, comme Frankenstein, Holmes ou Nemo, n'ont jamais quitté les écrans, mais elles connaissent un renouveau, que ce soit sous des formes modernisées (Sherlock, Elementary) ou transposées (Dr House, Monk).
De nouveaux profils apparaissent, plus jeunes (WarGames, Malcolm), plus féminins (Buffy, Millenium), plus diversifiés en termes d'origines, de parcours et d'apparence physique. On porte à l'écran la vie de grands esprits célèbres comme Marie Curie, Albert Einstein ou Stephen Hawking, et l'on réhabilite des génies méconnus (Un homme d'exception, Les Figures de l'ombre). A l'opposé de ces portraits réalistes, les scénaristes créent aussi des surdoués aux pouvoirs surnaturels, véritables cerveaux-combattants (Watchmen, Limitless) qui maîtrisent les machines (Le Cobaye, Westworld), voire la matière (Lucy, Transcendance).
Face à des enjeux intellectuels tantôt dérisoires (The Big Bang Theory), tantôt colossaux (The Imitation Game), les personnages surdoués se distinguent surtout par leur autonomie radicale - notamment leur athéisme - et leur posture ludique. Leur portrait est régi par une "norme d'anormalité" qui les singularise, le plus souvent par des handicaps sociaux, physiques ou psychiatriques. Enfants terriblement matures ou adultes peu responsables, ils perturbent le jeu universitaire (Will Hunting, L'Homme qui défiait l'infini), bousculent les institutions (Profession : Génie, Incorporated), et inversent les rapports de force (La Stratégie Ender).
Les humains ne sont plus les seuls protagonistes de la course au Q.I. : du chimpanzé optimisé (La planète des singes) à l'intelligence artificielle en réseau (Person of Interest), en passant par toutes sortes de cyborgs et d'androïdes, le personnage surdoué permet d'ausculter l'évolution de nos représentations du corps, du lien social, de la technique et du pouvoir. Portant sur plus de 200 films et plus de 100 séries, Le Cerveau comme machine se donne pour objet d'identifier les grandes tendances à l'oeuvre dans la fiction occidentale et les principaux stéréotypes qui se sont construits autour de l'intelligence extrême.

Caractéristiques

  • Date de parution
    08/01/2020
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-8257-1129-3
  • EAN
    9782825711293
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    374 pages
  • Poids
    0.645 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 23,0 cm × 2,2 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Olivier Caïra

Olivier Caïra est maître de conférences en sociologie au Centre Pierre Naville (Université Paris Saclay) et chercheur associé au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (EHESS Paris). Ses travaux portent sur la fiction, avec des approfondissements sur l'audiovisuel et les jeux de simulation. Il a notamment publié Hollywood face à la censure (CNRS Editions, 2005), Jeux de rôles 1 : les forges de la fiction (CNRS Editions 2007) et Définir la fiction (Editions de l'EHESS, 2011).
Outre ses recherches sur la représentation à l'écran de l'intelligence extrême, il mène des enquêtes et des réflexions sur les anomalies dans la fiction et sur la scénarisation interactive.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Le cerveau comme machine - Génies et surdoués à l'écran est également présent dans les rayons

19,00 €