Le cheval, animal politique

Collectif

Note moyenne 
Jean-Louis Gouraud - Le cheval, animal politique.
Pourquoi Sarkozy croit-il nécessaire de s'exhiber à cheval dès qu'il en a la possibilité, en Camargue ou au pied des Pyramides (par référence à... Lire la suite
30,30 €
Actuellement indisponible

Résumé

Pourquoi Sarkozy croit-il nécessaire de s'exhiber à cheval dès qu'il en a la possibilité, en Camargue ou au pied des Pyramides (par référence à Bonaparte ?). Pour les mêmes raisons, probablement, que celles qui ont motivé, avant lui, Poutine. Et, avant eux, Reagan, Saddam, Kadhafi. Ou, plus loin encore, Tito, Churchill et tant d'autres. Qu'est-ce donc qui attire à ce point les hommes politiques vers le cheval ? Est-ce une façon pour eux de se montrer proche de la nature ? Une manière de se hisser au-dessus des autres, au-dessus des simples piétons, des simples citoyens ? Un moyen de se grandir ? Alors que le cheval n'est plus, depuis longtemps, ni un outil ni un véhicule, il continue, c'est certain, à être utilisé comme piédestal. Serait-il resté une représentation du pouvoir ? Un symbole de la puissance ? Un signe d'appartenance à une caste supérieure : le cheval est-il toujours réservé à une chevalerie ? Une aristocratie, une oligarchie ? Ces questions en induisent d'autres: le cheval serait-il donc un animal " de droite " ? Peut-on être de gauche et se montrer à cheval ? Et d'autres encore : l'équitation n'est-elle pas une bonne préparation à la politique ? Comme les peuples, les foules, les opinions publiques, le cheval peut se déchaîner soudain : il faut apprendre à prévoir et gérer ses changements d'humeur, à imposer sa volonté à plus fort que soi. Cela a été souvent dit : il y a entre l'art de gouverner et l'art de monter à cheval de nombreux points communs. Le cheval, en tout cas, n'est pas un animal ordinaire. Il participe, d'une façon ou d'une autre, au pouvoir des hommes. Il est, peu ou prou, associé à leurs entreprises militaires et politiques. Raison pour laquelle il peut être, comme les bipèdes qui l'utilisent, tantôt honoré, tantôt déchu. C'est ce que racontent ici avec talent de grands écrivains et/ou de grands cavaliers, hommes de lettres et/ou hommes de cheval, écuyers et/ou politiciens. Comment des chevaux ont été condamnés à la déportation, voire aux travaux forcés (Ismaïl Kadaré). Comment des chevaux ont été offerts (Gendjim, le cheval de Mitterrand), enlevés (Shergar, le cheval de l'Aga Khan), voire fusillés (Iris XVI, le cheval de Leclerc) ! Le cheval est souvent un enjeu politique, pas seulement en France (Jean-Louis Andréani), mais aussi en Afrique (Valy Sidibé) ou en République Islamique d'Iran (Jean-Pierre Digard). Jamais ces sujets n'avaient été abordés de façon aussi talentueuse, grâce aux prestigieuses contributions réunies ici, ni de manière aussi spectaculaire, grâce à une iconographie abondante, rare et qui, souvent, désarçonne. J.-L. G.

Caractéristiques

  • Date de parution
    19/09/2009
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-8289-1026-6
  • EAN
    9782828910266
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    157 pages
  • Poids
    0.75 Kg
  • Dimensions
    24,0 cm × 24,0 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK