Le menteur - Poche

Muriel Zagha

(Traducteur)

Note moyenne 
Henry James - Le menteur.
Le colonel Capadose est un homme fascinant : séduisant, beau parleur, bon cavalier, aimé des femmes - et surtout de la sienne, Evarina -, il réunit... Lire la suite
2,00 €
  • Poche
    • Le menteur
      Paru le : 05/01/2006
      Expédié sous 3 à 7 jours
      2,00 €
  • Grand format
    • Le menteur
      Paru le : 01/09/1987
      Actuellement indisponible
      13,80 €
Expédié sous 3 à 7 jours
En magasin

Résumé

Le colonel Capadose est un homme fascinant : séduisant, beau parleur, bon cavalier, aimé des femmes - et surtout de la sienne, Evarina -, il réunit toutes les qualités dont on peut rêver. Seule ombre au tableau, c'est un menteur invétéré qui affabule à longueur de journée. Lorsque Oliver Lyon, un peintre de talent, amoureux d'Evarina, décide de réaliser un portrait du colonel qui révélera au grand jour sa véritable nature, les choses se compliquent...
Un court chef-d'oeuvre sur l'obsession de l'imposture et une vibrante histoire d'amour.

Caractéristiques

  • Date de parution
    05/01/2006
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-07-031987-3
  • EAN
    9782070319879
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    116 pages
  • Poids
    0.08 Kg
  • Dimensions
    11,0 cm × 18,0 cm × 0,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Henry James

Henry James est né américain en 1843, et mort anglais en 1916 après avoir demandé la nationalité britannique. Elevé dans le culte de la civilisation européenne et du Vieux Monde, il partage très tôt son temps entre l'Europe et les Etats-Unis. Grâce à la fortune familiale, il peut se consacrer exclusivement à la littérature et, dès 1864, publie des nouvelles et des articles critiques. Après plusieurs voyages, il s'installe finalement à Paris, fréquente les salons littéraires et passe beaucoup de temps en Italie.
En 1875, paraît son premier roman Roderick Hudson, l'histoire d'un jeune avocat américain qui quitte tout pour devenir un sculpteur renommé à Rome. L'année suivante, dans L'Américain, c'est Christopher Newmann qui part chercher culture et épouse en Europe. Les thèmes de la plupart de ses œuvres y sont déjà abordés : l'opposition entre la vieille Europe et la jeune Amérique, le puritanisme, l'innocence.
Publiée en 1878, la longue nouvelle Daisy Miller en est une illustration. Dans Les Bostoniennes en 1885, il décrit, sur fond de lutte féministe, la complexité des cœurs et des êtres. L'art d'Henry James culmine dans Ce que savait Maisie en 1897 où la petite Maisie, dont les parents ont divorcé, observe le monde des adultes avec à la fois innocence et maturité. Il met en scène des enfants encore dans L'Elève (1891) et dans une de ses plus célèbres nouvelles, Le Tour d'écrou (1898) où surgissent toutes les terreurs de l'enfance et le surnaturel.
Il publie ensuite trois longs romans, Les Ailes de la colombe en 1902 : Milly Theale, riche héritière, condamnée par la maladie, est manipulée par son amie Kate qui veut s'approprier sa fortune. Les Ambassadeurs, en 1903, met en scène la séduction qu'exercent Paris et son atmosphère : Lambert Strether est chargé de ramener l'héritier d'une grande famille de Boston épris d'une Française. Mais, conquis à son tour par l'esprit de liberté qui règne sur la capitale, il retourne seul en Amérique, imprégné à jamais de la culture de la " vieille Europe ".
En 1904, La Coupe d'Or marque la fin de sa carrière de romancier, mais non d'écrivain. Il publie une Autobiographie, revoit tous ses romans pour une édition de ses œuvres complètes et rédige ses Carnets. La Première Guerre mondiale marque l'effondrement de son monde et sa volonté de devenir citoyen britannique en 1915 apparaît comme un acte désespéré.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
2,00 €