Les Belles Anglaises

Note moyenne 
Hartmut Lehbrink et Rainer Schlegelmilch - Les Belles Anglaises.
La voiture de sport anglaise ne se limite pas à une simple espèce aux ancêtres insulaires. Elle illustre l'ordre social anglais avec ses ruptures et... Lire la suite
25,36 €
Actuellement indisponible

Résumé

La voiture de sport anglaise ne se limite pas à une simple espèce aux ancêtres insulaires. Elle illustre l'ordre social anglais avec ses ruptures et ses contradictions. Au sommet, trônent des automobiles aristocratiques telle la majestueuse Bentley 4/2-Litre Supercharged de la fin des années 1920 ou l'Austin Martin Vanquish contemporaine. Et l'on trouve aussi, au pied de cette pyramide sociale sur roues, des modèles phares de la mobilité sportive démocratique, incarnée par la MG TC ou l'Austin-Healey Sprite. Et, entre ces deux extrêmes, un homme comme le patron de Jaguar, Sir William Lyons, s'est donné pour mission de rendre ses magnifiques créations accessibles à des gens qui ne pouvaient se les offrir. Des voitures de sport pour millionnaires, des voitures de sport par millions: que cette seconde assertion ait été possible, le monde la doit à un phénomène qu'Enzo Ferrari surnommait avec mépris la mentalité de garages d'arrière-cour britannique. Il faisait allusion aux Formule 1 de l'archipel britannique, mais pensait sans aucun doute aussi aux routières de ses concurrents anglais. La recette est simple. On se procure le moteur, la boîte de vitesses, les essieux, l'instrumentation, les commandes et les manettes dans les " banques d'Organes " anonymes de la grande série, on répartit le tout sur un châssis robuste et on l'habille d'une robe pimpante ou originale, voire à couper le souffle. Acheter quelque part un moteur d'essuie-glaces bon marché, a déclaré Walter Hayes, un temps le patron d'Aston Martin, revient beaucoup moins cher que d'en concevoir et d'en fabriquer un soi-même. C'est ainsi que sont nées des voitures charismatiques, dune jeunesse éclatante, l'incarnation des rêves de générations entières. Le tout est souvent plus que la simple somme des pièces du puzzle, et fortiori quand entrent en jeu la passion, l'abnégation de ceux qui les construisent, l'amour de celui qui les conduit. Quelque 2,5 millions de voitures de sport anglaises sont sorties des chaînes, du best-seller - la MG B fabriquée au nombre astronomique de 513 272 roadsters et coupés - a la fascinante Jaguar XK SS, que seuls 16 heureux nantis peuvent prétendre posséder. Réunir un savoir encyclopédique étant utopique, les auteurs ont dû se livrera une sélection nécessairement subjective.

Caractéristiques

  • Date de parution
    04/05/2005
  • Editeur
  • ISBN
    2-84459-080-2
  • EAN
    9782844590800
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    439 pages
  • Poids
    2.87 Kg
  • Dimensions
    27,5 cm × 32,0 cm × 3,0 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Dès l'âge de 14 ans, il participe à son premier atelier photo à l'école et, à 19 ans il sait déjà qu'il sera photographe et rien d'autre, ne serait-ce que pour cri remontrer a son père qui le verrait bien avocat. Quand, en 1962, un ami l'emmène avec lui au Nürburgring, sa passion prend une autre dimension et s'impose comme la compagne d'une vie. Aujourd'hui Rainer W. Schlegelmilch est incontestablement l'un des meilleurs photographes de Formule 1 du monde. Animé par ce fanatisme silencieux qui s'accommode mal de regards enflammés, il est systématiquement présent sur tous les circuits. De la voiture de course à la voiture de sport, il n'y a qu 'un pas. Il y a longtemps que Schlegelmilch s'est intéressé au livre comme témoignage durable aui, contrairement au journal et à la revue, survit au dimanche suivant ou à la fin du mois. Ses livres consacrés à Aston Martin, BMW ou Mercedes sont le témoignage de son extraordinaire créativité. Rainer W. Schlegelmilch n'est jamais satisfait de lui-même : " Celui qui cesse de vouloir devenir encore meilleur cesse aussi d'être bon ", telle est sa devise. Des témoins dignes de confiance ont raconté qu' " auto " avait été parmi les premiers mots que Hartmut Lehbrink a prononcé et que ce mot est resté jusqu'à aujourd'hui l'un des trois les plus fréquents de son vocabulaire. La voiture de sport était la quintessence de l'automobile, il était logique qu'il tombe sous son charme -et ce d'autant plus qu'il s'agit de voiture de sport anglaise., car Lehbrink est un anglophile convaincu (abstraction faite de la gastronomie). Dans ce contexte, un aveu s'imposait depuis longtemps : dans les années 1960, Lehbrink a entretenu une relation étroite avec une certaine jeune femme qui possédait, entre autres atouts, une Austin-Healey Frogeyes, de couleur British Racing Green. Il repense également volontiers aux douze années qui ont suivi 1984 : reporter à die Welt am Sonntag à la rubrique des voitures de sport, il a pu, sans contrainte, vivre à fond sa passion. Hartmut Lehbrink a fait des études de philologie allemande et anglaise à Genève, Münster et Bonn. Il a publié une vingtaine d'ouvrages sonsacrés à la Formule 1 et aux voitures de sport essentiellement, le plus souvent en coopération avec Rainer W. Schlegelmilch

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK