Les Etats et Empires du burlesque - Grand Format

Note moyenne 
Et si le travestissement railleur et la marotte du bouffon, le masque ricanant de Silène, la déstructuration comique des hiérarchies institutionnelles,... Lire la suite
99,00 €
Expédié sous 2 à 4 semaines
Livré chez vous entre le 31 août et le 14 septembre

Résumé

Et si le travestissement railleur et la marotte du bouffon, le masque ricanant de Silène, la déstructuration comique des hiérarchies institutionnelles, sociales ou esthétiques, et l'ambiguïté de la burla, bref le burlesque, étaient des figures tout aussi représentatives du Grand Siècle que la rigoureuse ordonnance de la colonnade du Louvre et de la façade de Versailles ? Ni son endroit, ni son envers, ni sa maladie, ni sa vérité : un des lieux, formes et contenus, de ses failles, ruptures, et contradictions...
Après la brève mais significative apparition du mot en français, dans la Satyre Ménippée, ce sont les années 1635-1640 qui voient sa réapparition, événement/avènement dont il s'agit d'étudier circonstances, formes et auteurs : Saint-Amant, Scarron, Sarasin, et quelques autres. Un parcours de la littérature critique sur le sujet au cours du siècle permet ensuite de cerner ses contours et alentours, depuis Naudé jusqu'aux Parallèles, et de revisiter leur définition (trop ? ) célèbre.
On peut alors, à l'aide de cette définition endogène, mettre en lumière les controverses et les conflits que le burlesque a servi à la fois à dire et à railler : la querelle des Anciens et des Modernes, la crise de la "poësie", la définition hautement contestée de "la" langue (française), la question philosophique de la "valeur" de l'homme, de ses hiérarchies et de ses croyances. Ce parcours dans les Etats et Empires du burlesque permet ainsi de constater que, s'il y a une inscription historique forte du burlesque, assez différente de celle, réduite, déviée et dévalorisée, que l'histoire littéraire du classicisme a longtemps voulu décrire, il vaut bien aussi pour "catégorie générale" de la littérature, en ce qu'il "donne forme" à une attitude anthropologique vis-à-vis de la Loi : entre soumission et révolte, mise à distance, et mise en question, par le rire de la discordance et de la mystification.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/03/2004
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7453-0924-2
  • EAN
    9782745309242
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    506 pages
  • Poids
    0.71 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,0 cm × 2,5 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Claudine Nédélec

Claudine Nédélec, ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (Ulm-Sèvres), professeur à l'Université d'Artois, a publié le Discours sur les Oeuvres de Monsieur Sarasin (et autres textes), dans L'Esthétique galante, Toulouse, Société de littératures classiques, 1989 (éd. par Alain Viala, Emmanuelle Mortgat, Claudine Nédélec, et Marina Jean) ; Les Enfants de la Truche. La vie et le langage des argotiers.
Quatre textes argotiques (1596-1630), Toulouse, Société de littératures classiques, 1998.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

99,00 €