Poèmes

Note moyenne 
Marcel Proust - Poèmes.
De Marcel Proust, on connaissait les huit poèmes publiés dans Les plaisirs et les jours en 1895 et quelques vers parus après sa mort dans des revues... Lire la suite
18,00 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 25 mai et le 27 mai
En magasin

Résumé

De Marcel Proust, on connaissait les huit poèmes publiés dans Les plaisirs et les jours en 1895 et quelques vers parus après sa mort dans des revues ou dans sa correspondance ; mais les vers et la poésie avaient semblé à Marcel Proust au début de sa carrière littéraire une des voies possibles vers la gloire. A quatorze ans, à la question posée en anglais dans le journal d'Antoinette Faure : "Your favorite occupation ?" , il répondait : "La lecture, la rêverie, les vers, l'histoire, le théâtre".
Au lycée Condorcet, il faisait circuler parmi ses amis des poèmes, dont un sonnet seulement nous est parvenu. Puis, comme beaucoup de poètes et de musiciens de l'époque, Proust lit ou fait lire ses poèmes dans les salons pour se faire connaître. Quand il abandonne toute idée de publication, il continue à écrire de la poésie : pastiches, vers satiriques, poésies de circonstance, remerciements, dédicaces.
C'est en vers qu'il annonce qu'il travaille à la Recherche du temps perdu. J'écris un opuscule Par qui Bourget descend Et Boylesve recule Ces poèmes nous aident ainsi à entrer dans la familiarité de Marcel Proust et à le saisir dans sa spontanéité. entés et annotés par Claude Francis et Fernande

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/1982
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-07-026513-7
  • EAN
    9782070265138
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    216 pages
  • Poids
    0.265 Kg
  • Dimensions
    14,0 cm × 20,5 cm × 1,6 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Marcel Proust

Biographie de Marcel Proust

Ecrivain né et mort à Paris (1871-1922). Fréquente assidûment les milieux mondains et les salons littéraires de son temps. Adopte les conceptions esthétiques de Ruskin qu’il traduit. A la mort de sa mère, en 1905, s’isole de plus en plus dans sa chambre, luttant contre des crises d’asthme, pour parachever jusqu’au dernier instant son ouvre majeure, dont plus d’un tiers sera posthume.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

18,00 €