Ravenne - Capitale de l'Empire romain d'Occident

Adrien Buchet

(Photographe)

,

Anne Stierlin

(Photographe)

Note moyenne 
Henri Stierlin - Ravenne - Capitale de l'Empire romain d'Occident.
Au temps où la ville de Ravenne se proclame capitale de l'Empire romain d'Occident (Ve-VIe siècles), l'art ravennate exprime le grand souffle du christianisme... Lire la suite
79,00 €
Expédié sous 5 à 8 jours
Livré chez vous entre le 24 avril et le 28 avril
En magasin

Résumé

Au temps où la ville de Ravenne se proclame capitale de l'Empire romain d'Occident (Ve-VIe siècles), l'art ravennate exprime le grand souffle du christianisme latin. Il affirme aussi le refus des catholiques de se ranger sous l'autorité des empereurs orthodoxes grecs de Constantinople qui règnent sur le vaste Empire byzantin d'Orient. Ravenne n'est ni orthodoxe, ni grecque, ni soumise à l'Eglise d'Orient, mais se réfère entièrement au monde romain et latin.
De ce constat naît une radicale réinterprétation de l'art et de l'architecture ravennates, sur la base de sources romaines et latines, et ce par-delà les parentés avec l'esthétique de Byzance. A Ravenne, les premiers chefs-d'oeuvre expriment, dès le IVe siècle, l'éclat somptueux d'une esthétique chrétienne certes héritière de l'Antiquité mais novatrice. Cette originalité se manifeste rapidement dans les vastes ensembles de mosaïques qui viennent orner l'intérieur des monuments et qui surprennent par leur infinie beauté.
Succession chatoyante et étincelante de scènes figuratives et ornementales se déroulant en frises sur les conques absidales, sur la nef, au-dessus des portiques ou sur l'arc triomphal précédant l'autel, ces mosaïques, telles une "tapisserie somptueuse et inaltérable, tendue pour l'éternité" (L. Bréhier), confèrent une unité remarquable aux parois qu'elles parent de leurs tesselles multicolores. Le mausolée de Galla Placidia (milieu du Ve siècle) est le premier chef-d'oeuvre ravennate dont la polychromie, omniprésente, frappe par son intensité.
Les baptistères octogonaux, bâtis sous Théodoric le Grand, montrent, dans leurs coupoles respectives, les douze apôtres entourant la scène du baptême. Dès l'an 500, Théodoric fait ériger l'église Saint-Apollinaire-le-Neuf, qu'il revêt de mosaïques formant une imago mundi d'une haute portée théologique et, à la fin de sa vie, il fonde la basilique Saint-Vital, où la magnificence des mosaïques flanquant l'autel principal saisit celui qui les contemple.
En inscrivant l'art de Ravenne dans l'héritage de la Rome paléochrétienne plutôt que dans l'histoire "officielle" de Byzance, Henri Stierlin restitue aux chefs-d'oeuvre ravennates leur rôle éminent, tandis que les photographies d'Adrien Buchet et d'Anne Stierlin s'attachent à révéler la prodigieuse beauté d'un art infini.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/10/2014
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-330-03665-2
  • EAN
    9782330036652
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    232 pages
  • Poids
    1.845 Kg
  • Dimensions
    26,8 cm × 30,7 cm × 2,6 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Henri Stierlin

Henri Stierlin, historien de l'art et de l'architecture, est un spécialiste incontesté des arts de l'islam qu'il a toujours abordés dans une large perspective comparatiste, notamment avec l'art de l'antiquité hellénique et perse et celui de leur héritière, Byzance. Il est l'auteur, en particulier, de L'Architecture de l'Islam (1979) et, à l'Imprimerie nationale de : Alhambra (1991 réédition 2011), L'Art persan (2011) à Cordoue (2012).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

79,00 €