Tirer sur la fin - Essai sur l'utile prévieillesse

Note moyenne 
Roland Oberson - Tirer sur la fin - Essai sur l'utile prévieillesse.
On meurt plusieurs fois. Il ne faut pas rater sa vraie mort. Juste avant, tentons de réaliser le rêve de sa vie. Ce pourrait être notre œuvre. Faire... Lire la suite
18,00 €
Actuellement indisponible

Résumé

On meurt plusieurs fois. Il ne faut pas rater sa vraie mort. Juste avant, tentons de réaliser le rêve de sa vie. Ce pourrait être notre œuvre. Faire ce qu'on voulait faire depuis longtemps, qu'on n'a jamais osé faire, qu'on pourra faire encore si on saisit la chance de le faire juste avant de ne plus pouvoir le faire. Nous tirons vers la fin. Nous éprouvons le besoin impérieux de tirer une dernière salve. Réflexion dangereuse qui sent le soufre et va nous attirer des ennuis. Car seul le vieillard sur le seuil peut faire des choses que la jeunesse tente à tort de faire. Il est le vrai jeune homme, l'homme encore assez fort pour vivre et plus que résigné pour mourir. L'individu jeune est trop fort pour ne pas vouloir vivre à tout prix et trop courageux pour songer à mourir. Du moins est-ce ainsi qu'il les faut rencontrer ! Et notre texte voudrait le leur rappeler. L'homme vieillissant est le mieux placé pour l'action. Il est au bout. Après, il sera mort. Réalise-t-il cela, qu'il est le candidat de choix, réalisant l'expérience maximale pour une action optimale dans la période la plus favorable, celle qui dispose de la plus courte perspective de vie ? Il y jouit d'une quasi-immunité. Il sera si vite oublié qu'il n'a pas besoin de vouloir être pardonné. Mais quand les jours sont comptés, encore faut-il qu'il puisse le faire encore. C'est là toute l'articulation. N'est-il déjà plus rien ? Réflexion de philosophie pratique, voilà un plaidoyer pour l'action de toute urgence dans les conditions les plus uniques de réalisation.

Sommaire

    • Mettons-nous en situation
    • Un trésor ignoré
    • Manifeste du présénilisme
    • L'œuvre humaine
    • Qualité de l'action
    • Le " moment venu "
    • Se rendre compte
    • Définitions
    • Revenons sur la définition
    • Laisser mourir les vieilles souris
    • L'âge pour vivre encore avant de mourir
    • Les occupations de don Quichotte
    • Quelque bonne parole dont il ne faut pas rire
    • De l'éducation du vieillard
    • Et maintenant que faire ?
    • Du vieillard enviable
    • Un monde intermédiaire
    • L'Éternité, c'est la mer allée avec le soleil
    • Ad quod venisti ?
    • Des derniers châtiments aux derniers outrages
    • La vieillesse s'installe
    • Alors quel âge ?
    • Mais que me faut-il donc faire ?
    • L'œuvre d'art
    • En relisant Hamlet
    • Un coup de Jarnac
    • Protection des criminels
    • Esprit es-tu là ?
    • L'acte gratuit
    • L'unique promontoire
    • Les impedimenta de notre utopie
    • Une morale esthétique
    • Evitez d'en tirer vanité
    • De la désolation
    • De la justification de la retraite
    • Liste de situations larvées
    • Ne pas manquer l'avant-veille
    • Régler ses comptes avant de partir
    • La morale de l'utile et du juste
    • L'aveuglement des clercs
    • Choisir que faire
    • Paranoïa ?
    • Hésitation
    • Derniers conseils pratiques

Caractéristiques

  • Date de parution
    06/02/2004
  • Editeur
  • ISBN
    2-8251-1835-4
  • EAN
    9782825118351
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    266 pages
  • Poids
    0.42 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 22,5 cm × 2,2 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Roland Oberson

Roland Oberson, médecin, enseignant, a publié des vues originales dans plusieurs ouvrages se rapportant à l'affaire Abélard et Héloïse, aux éditions L'Age d'Homme. Ici comme là, son souci témoigne de sa complicité avec l'homme souffrant.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK