Toutes les images du langage : Jean Genet - Grand Format

Note moyenne 
Genet, on le sait, voue à la France - à la société française, qui l'a exclu dès sa plus jeune enfance une haine féroce : "[..] oh ! le mot n'est... Lire la suite
25,00 €
Expédié sous 3 jours
Livré chez vous à partir du 31 juillet

Résumé

Genet, on le sait, voue à la France - à la société française, qui l'a exclu dès sa plus jeune enfance une haine féroce : "[..] oh ! le mot n'est pas fort, haïr la France, c'est rien, il faudrait plus que haïr, plus que vomir la France [...] Mais le lien qui l'unit, lui, l'enfant abandonné à la naissance, dépourvu de famille et de racines, à la langue française - sa langue maternelle - est intime, précieux : "Aujourd'hui je sais qu'à la France m'attache seul mon amour de la langue française [...]".
Cette langue, toutefois, ne peut s'affranchir totalement du contexte social et culturel dans lequel elle demeure engluée. Elle reste, avant tout, celle de l'ennemi. La posture de Genet ne laisse donc pas d'être affectée par une instabilité fondamentale. Instrument de l'ennemi, mais, tout à la fois, instrument de délivrance et instrument de jouissance. C'est précisément cette complexité de la langue genétienne - laquelle traverse, en dépit de son éminente singularité, tout un imaginaire social ainsi qu'un vaste intertexte littéraire - que les présentes contributions ont l'ambition de parcourir et d'interroger.

Caractéristiques

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Frieda Ekotto est professeur titulaire à l'Université de Michigan à Ann Arbor (Etats-Unis). Elle enseigne au Département de Littératures comparées, celui des Etudes romanes et celui des Littératures et Etudes afro-américaines et africaines. Elle a publié deux ouvrages aux éditions L'Harmattan, L'écriture carcérale et le discours juridique chez Jean Genet (essai) et Chuchote pas trop (roman). Ses travaux portent sur la littérature, le droit et la question de l'autre dans le cinéma africain d'expression française.
Elle travaille actuellement sur Jean Genet comme penseur de la négritude. Aurélie Renaud, agrégée de Lettres modernes, enseigne actuellement la Littérature comparée à l'Université de Poitiers, en qualité d'ATER. Elle achève, sous la direction de Mme Claude Murcia (Université Paris 7-Diderot), un doctorat de Littérature comparée portant sur l'image de l'Espagne chez Georges Bataille, Jean Genet et Claude Simon.
Elle a publié divers articles, consacrés aux oeuvres de ces trois auteurs. Agnès Vannouvong est docteur en Littérature française de l'Université Paris 8-Saint-Denis. Elle est l'auteur d'une thèse, Jean Genet ou les revers du genre. Ses domaines de recherche et de publication concernent le théâtre des XXe et XXIe siècles, la représentation du corps, de la sexualité et du genre (gender) dans les arts et la littérature.
Chargée de cours à l'Université Pans-Est Mame-la-Vallée, elle est critique de théâtre et d'art contemporain pour les revues Verso, Art Press et Archistorm.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

25,00 €