Van Gogh le suicidé de la société - Poche

Note moyenne 
1 note -  Donner un avis
Dans Van Gogh le suicidé de la société, publié en 1947, Antonin Artaud fait de la violence de Van Gogh la réponse à l'obscénité haineuse du monde... Lire la suite
7,50 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 25 mai et le 27 mai
En magasin

Résumé

Dans Van Gogh le suicidé de la société, publié en 1947, Antonin Artaud fait de la violence de Van Gogh la réponse à l'obscénité haineuse du monde et des psychiatres ; de sa folie, une réponse de l'âme à l'imbecillité universelle qui lui souffle "Vous délirez". Alors Van Gogh s'est tué parce qu'il ne pouvait pas tuer le psychiatre, le docteur Gachet. Il s'est tué parce qu'il ne pouvait plus supporter ce "délire" qu'on attachait à ses pas.
"Je vois à l'heure où j'écris ces lignes, le visage rouge sanglant du peintre venir à moi, dans une muraille de tournesols éventrés,dans un formidable embrasement d'escarbilles d'hyacinthe opaque et d'herbages de lapis-lazuli. Tout cela, au milieu d'un bombardement comme météorique d'atomes qui se feraient voir grain à grain, preuve que Van Gogh a pensé ses toiles comme un peintre, certes, et uniquement comme un peintre, mais qui serait,par le fait même,un formidable musicien".

Caractéristiques

  • Date de parution
    27/03/2001
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-07-076112-6
  • EAN
    9782070761128
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    94 pages
  • Poids
    0.12 Kg
  • Dimensions
    12,5 cm × 19,0 cm × 0,8 cm

Avis libraires et clients

Avis clients

L'éditeur en parle

Nouvelle édition établie à partir de l'originale (1947) et corrigée d'après les cahiers manuscrits du poète.

À propos de l'auteur

Biographie d'Antonin Artaud

Né à Marseille le 4 septembre 1896, Antonin Artaud est poète, dramaturge, acteur, metteur en scène mais aussi dessinateur. Le refus par Jacques Rivière de ses premiers poèmes donne lieu à une correspondance, publiée dans La NRF dès 1924. Suit notamment L'Ombilic des limbes, dans lequel il proclame : "Je ne prétends pas autre chose que montrer mon esprit". Antonin Artaud collabore au mouvement surréaliste.
Interné pendant près de dix ans, il est rendu à la liberté en 1946 à la suite de démarches effectuées par ses amis. Il continue d'écrire jusqu'à sa mort à Ivry en 1948.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

7,50 €