Qui sait ? Peut-être même que c'est bien... - Grand Format

Note moyenne 
Jakob Hein - Qui sait ? Peut-être même que c'est bien....
Le récit limpide, presque consciencieux et documentaire et de la maladie et de la mort de la mère de l’auteur, atteinte d’un cancer du sein à l’âge... Lire la suite
17,30 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 25 mai et le 30 mai
En magasin

Résumé

Le récit limpide, presque consciencieux et documentaire et de la maladie et de la mort de la mère de l’auteur, atteinte d’un cancer du sein à l’âge de 54 ans. Le livre commence par une fin annoncée puis, au compte-rendu de la maladie se mêlent les souvenirs heureux d’une enfance à Berlin-Est dans les années 70-80, dans une famille d’intellectuels dont la mère, magique, documentariste aux studios de films de RDA, est le pilier.
A travers une série de tableaux de souvenirs anodins, le récit pudique- que l’humour aussi garde de toute effusion sentimentale-, retrace la vie de la mère dont le père, un scientifique, juif, disparut en 1943 sans laisser de traces, sauf quelques gênes à risques qui expliquent le type particulièrement virulent de cancer du sein dont la mère est atteinte. La quête des origines, dans laquelle le fils a accompagné sa mère, trouve son terme in fine : la communauté juive de Berlin lui refusera une place dans le joli cimetière où elle aimait errer.
Mais se dessine, surtout, le portrait d’une femme cultivant de ses ascendances les traditions essentiellement culinaires et dotée d’une joie de vivre qui affecte même sa pensée de la mort : «Qui sait ? Peut-être même que c’est bien… » dit-elle. Le lecteur est ainsi touché tour à tour par l’implacabilité du sort et la sollicitude du jeune homme qui prend en charge la maladie de sa mère tandis que les changements drastiques subis par le pays dans les deux dernières décennies défilent en toile de fond sur un mode proche du très acclamé “Good bye Lenin”.
Cette «auto - non fiction» dont la simplicité d’écriture résiste à la gravité du thème, s’inscrit dans la lignée de grands textes comme Le Malheur indifférent de Peter Handke ou Le livre de ma mère d’Albert Cohen.

Caractéristiques

  • Date de parution
    29/09/2011
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-910490-88-1
  • EAN
    9782910490881
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    141 pages
  • Poids
    0.148 Kg
  • Dimensions
    12,5 cm × 16,0 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jakob Hein

Jakob Hein est né en 1971 à Leipzig et vit à Berlin où il est médecin. Il signe ici dans Qui sait ? Peut-être même que c’est bien ( titre original : Vielleicht is es sogar schön), son troisième ouvrage après «Mein erstes T-shirt» et «Formen menschlischen Zusammenlebens». D’autres romans sont parus depuis chez Piper Verlag. Marie-Hélène Quéval, la traductrice et préfacière, est née en 1949 à Marseille et vit à Paris.
Spécialiste des transferts culturels entre la France et l’Allemagne (XVIIIe-XXIe) et de littérature contemporaine en RDA, elle a notamment publié L’Unification allemande, les années décisives 1989-1990, Editions du Temps, Paris 1998  et Wenderoman, Déconstruction du roman et roman de la déconstruction, 1985-1995, Wolfgang Hilbig, Jens Sparschuh, Thomas Brussig, (339 pages), Presses universitaires de la Sorbonne, 2009.

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

17,30 €