HB - Revue internationale d'études stendhaliennes N° 19/2015

Collectif

Note moyenne 
Michel Arrous - HB - Revue internationale d'études stendhaliennes N° 19/2015 : .
Une nouvelle revue stendhalienne. Une revue annuelle de caractère vraiment international. Le comité de rédaction comprend les "stendhaliens" les plus... Lire la suite
80,00 €
Expédié sous 8 à 17 jours
Livré chez vous entre le 30 septembre et le 9 octobre

Résumé

Une nouvelle revue stendhalienne. Une revue annuelle de caractère vraiment international. Le comité de rédaction comprend les "stendhaliens" les plus connus dans leur pays et au-dehors. HB fédère les énergies stendhaliennes du monde entier. Dépassant tous les clivages et toutes les frontières, il y a une présence de Stendhal dont nous voudrions être le reflet. Il y a une "exception" stendhalienne, et pour parler d'elle, il faut sans doute s'aventurer dans des directions nouvelles.
Profitant des expériences passées, notre revue se donne un programme ambitieux d'ouverture. Elle refuse les limites de groupe, d'école, de patronage, toutes les formules d'exclusion ou de rétrécissement. Dans "Stendhal" il y a un Moi fort et il y a aussi les autres. S'enfermer dans "Stendhal", c'est trahir Stendhal. Il y a dans Stendhal un jeune Grenoblois, un écrivain français qui se prenait pour Stendhal, et il y a des Stendhal, il a parlé de toutes les nations d'Europe, et elles ont à leur tour parlé de lui, l'ont lu, interprété, il y a un Stendhal italien, intégré à la littérature italienne, il y a un Stendhal anglais, allemand, russe, et là, je m'arrête, car il faudrait citer sans fin les cultures qui ont intégré Stendhal à leur patrimoine et s'en sont servi comme d'un modèle inspirateur.
Ces Stendhal, ce Stendhal européen et extra-européen, ces Stendhal aussi nombreux que ses pseudonymes, nous voudrions en parler, montrer ce Stendhal objet de lecture et point de départ de variantes, de greffes infinies, d'interprétations différentes. Stendhal est et n'est pas un objet d'étude spécialisé. C'est ce paradoxe (avec lui tout est paradoxe) qui constitue notre programme. D'une part, d'autre part : nous ne séparerons pas les côtés chez Stendhal.
Il y a les "beylistes" et notre revue comprendra l'indispensable travail de mise au point érudite, biographique et philologique qui a été le fil rouge des publications stendhaliennes. Mais... l'Ego beyliste a aussi fondé le "romanticisme", on ne le séparera pas de son temps, on le prendra avec ses compagnons, en particulier ces écrivains qui sont en train d'être oubliés (les Mérimée, les Béranger, les Courier, les Latouche, les Custine, j'en passe), on le prendra dans la grande mouvance romantique ; il y est à la fois central et marginal.
Il y a un Stendhal des universités et de la recherche et c'est bien entendu à celui-ci que nous donnons une très grande place, sous forme de contributions organisées et thématiques, ou sous forme d'articles libres et indépendants. Mais de quelle spécialité relève-t-il ? Si les départements de littérature, d'histoire des idées, d'histoire politique, d'études picturales, musicales, théâtrales s'y mettent tous, ils n'y suffiront pas ; il y a encore le Stendhal de la littérature vivante, le Stendhal des écrivains, et celui de tous les autres.
Ils auront leur place dans nos livraisons. Michel Crouzet.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/03/2015
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-84830-195-2
  • EAN
    9782848301952
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    405 pages
  • Poids
    0.74 Kg
  • Dimensions
    17,0 cm × 25,0 cm × 3,0 cm

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

80,00 €