Savoir/Agir N° 7, Mars 2009

Un peuple européen sur mesure

Note moyenne 
Frédéric Lebaron et Hélène Michel - Savoir/Agir N° 7, Mars 2009 : Un peuple européen sur mesure.
L'entrée en récession, à la fin de l'année 2008, de l'économie française et européenne a rendu tangible, pour les salarié-e-s, la crise systémique... Lire la suite
15,00 €
Expédié sous 6 à 12 jours
Livré chez vous entre le 19 août et le 24 août
En magasin

Résumé

L'entrée en récession, à la fin de l'année 2008, de l'économie française et européenne a rendu tangible, pour les salarié-e-s, la crise systémique du capitalisme financier qui, jusqu'alors, existait principalement dans les joutes publiques opposant acteurs de la finance, hommes politiques, éditorialistes et autres " experts ", au rythme des annonces, abstraites à force d'être faramineuses, des sommes destinées à secourir un secteur bancaire en perdition.
L'explosion du chômage, la crainte pour celles et ceux qui ont encore un emploi de le perdre, l'appauvrissement des classes populaires et moyennes, l'exceptionnel mouvement syndical et politique de revendication dans les DOM-TOM semblent réinstaller durablement la question sociale au cœur du débat public. Le récent sommet social a été salué par certains commentateurs comme emblématique du " virage social " d'un président de la République résolument " pragmatique " qui tournerait désormais le dos au " modèle " anglo-saxon qu'il avait pourtant embrassé pendant toute la campagne présidentielle.
Le " modèle social " français, vilipendé depuis des années, est maintenant loué pour sa capacité à amortir le choc de la récession. Doit-on se réjouir de ce qui pourrait être interprété comme les signes de la rupture des élites avec l'économisme néolibéral ? Pas si sûr. Ce social par temps de crise, concédé à contrecœur plus que revendiqué, occulte autant qu'il éclaire la véritable question sociale.
L'urgence de la lutte contre le chômage tend à faire oublier que la société française entre dans cette récession déjà fortement éprouvée par plus d'un quart de siècle de néolibéralisme. Contre les tentatives d'instrumentalisation, par le gouvernement, du chômage afin de faire oublier son piteux bilan social, il faut rappeler que la crise sociale ne date pas d'octobre 2008. Surtout, ce social de crise coexiste paisiblement avec l'appel à " l'accélération du rythme des réformes ", néolibérales forcément.
La compassion à l'endroit des " victimes " de la crise s'accommode parfaitement de la remise en cause des services publics et de nouvelles offensives contre les droits sociaux (chômage, santé, éducation). Comme si aucune leçon n'avait été tirée des causes profondes de la crise du néocapitalisme, lequel a poussé les plus pauvres et précaires à s'endetter pour vivre et se loger. Contre l'omniprésence politique et médiatique de ce " social de crise ", le dossier du prochain numéro de Savoir/Agir s'emploiera à explorer quelques facettes du " social en crise ", violemment percuté par les conséquences économiques dramatiques du bateau ivre de la finance dérégulée.

Sommaire

  • UN PEUPLE EUROPEEN SUR MESURE
  • L'UNION EUROPEENNE FACE A L'OPINION
  • PARTICIPATION, SEDUCTION, DEMOCRATIE ?
  • " SOCIETE CIVILE " OU PEUPLE EUROPEEN ?
  • " CITOYENS D'ABORD " ?
  • LES EURODEPUTES : UN METIER POLITIQUE SOUS TENSION
  • LE POLITOLOGUE, LE JOURNALISTE ET L'ELECTEUR

Caractéristiques

  • Date de parution
    06/04/2009
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-914968-56-0
  • EAN
    9782914968560
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    142 pages
  • Poids
    0.25 Kg
  • Dimensions
    17,0 cm × 23,0 cm × 1,2 cm

Avis libraires et clients

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

15,00 €