Histoire des populations de l'Europe - Tome 2, La révolution démographique, 1750-1914

Note moyenne 
Jean-Pierre Bardet et Jacques Dupâquier - Histoire des populations de l'Europe - Tome 2, La révolution démographique, 1750-1914.
De 1750 à 1914, la population du Vieux Continent a été multipliée par trois : à la veille de la Première Guerre mondiale, un homme sur quatre était... Lire la suite
35,00 €
Expédié sous 2 à 4 semaines
Livré chez vous entre le 29 avril et le 14 mai
En magasin

Résumé

De 1750 à 1914, la population du Vieux Continent a été multipliée par trois : à la veille de la Première Guerre mondiale, un homme sur quatre était un Européen. On a d'abord parlé de " transition démographique ", comme s'il s'agissait du passage d'un état stable à un autre, mais l'ampleur de l'événement et son caractère déstabilisateur ont invité à retenir le concept de " révolution démographique " proposé en 1934 par Adolphe Landry. Le recul de la mortalité a joué un rôle fondamental, mais cette victoire n'a été que partiellement et surtout tardivement l'œuvre des médecins, même si l'on tient compte des effets indiscutables de la vaccination de Jenner (1796-1798).
Les progrès de l'hygiène, l'amélioration de l'environnement et les variations climatiques semblent, jusqu'à l'innovation pastorienne, plus déterminante encore. L'essor fut différentiel et ses effets contradictoires. L'industrialisation et l'urbanisation ont certes permis, ici ou là, une certaine libération du mariage et ainsi contribué directement à la croissance, mais la plupart des Européens sont restés des paysans attachés au mariage tardif qui demeura un trait distinctif.
La densification suscita dans les campagnes beaucoup de souffrances ; elle fut également la cause des milliers de morts de la grande famine d'Irlande, de l'exode de 50 millions d'habitants hors d'Europe, sans compter tous ceux qui sont venus peupler les villes en pleine croissance. Ce prodigieux essor semble se briser en 1914. A y regarder de plus près, on s'aperçoit pourtant qu'avant même l'épreuve sanglante du conflit, des signes avant-coureurs de freinage étaient perceptibles, du moins à l'ouest.
Bien avant tous les autres Européens, les Français avaient adopté des comportements contraceptifs, mais la limitation volontaire des naissances avait commencé à se généraliser à la fin du XIXe siècle. Croissance puis découverte de la contraception apparaissent comme des traits successifs et unifiants des comportements démographiques européens, mais les décalages et les différences de rythme invitent à explorer la diversité des situations.

Sommaire

    • Une Europe transformée
    • De l'arithmétique politique à la statistique
    • Le recul de la mortalité
    • Permanences et changements de la vie familiale
    • Nouvelles attitudes devant la vie : la limitation des naissances
    • La progressive mutation des structures
    • Une nouvelle distribution des populations : villes et campagnes
    • Migrations et mobilité de la population en Europe à l'époque de la révolution industrielle
    • La France en déclin
    • Les îles Britanniques
    • Les Pays-Bas
    • Les pays nordiques de 1720 à 1914
    • La grande mutation de la population allemande
    • L'Europe centrale
    • Les Balkans
    • L'Europe orientale
    • L'Italie
    • Le monde ibérique.

Caractéristiques

  • Date de parution
    16/07/1998
  • Editeur
  • ISBN
    2-213-59880-0
  • EAN
    9782213598802
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    647 pages
  • Poids
    0.99 Kg
  • Dimensions
    16,1 cm × 24,2 cm × 3,7 cm

Avis libraires et clients

Des mêmes auteurs

Derniers produits consultés

35,00 €