Genèse de la pensée moderne dans la littérature française

Note moyenne 
Marcel Jean et Arpad Mezei - .
La critique littéraire surréaliste existe. Genèse de la pensée moderne en est la plus convaincante illustration. A la très contestable dualité... Lire la suite
22,00 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 31 juillet et le 4 août

Résumé

La critique littéraire surréaliste existe. Genèse de la pensée moderne en est la plus convaincante illustration. A la très contestable dualité de l'homme et de l'œuvre, Marcel Jean et Arpad Mezei substituent la dialectique du réel et de son double, l'imagination subjective, devant aboutir à l'unité de la pensée moderne. Thèse révolutionnaire, au sens étymologique du mot, puisqu'il ne s'agit de rien moins que de retrouver le sens de la pensée unitaire, par delà plusieurs siècles de ce dualisme chrétien qui sépare l'esprit de la matière, en repérant les jalons qui, de Rabelais à nos jours, lui avaient permis de subsister. A vrai dire, une telle lecture, synthétisant diverses approches des textes, est plus de l'ordre du poétique que de la critique. Elle est conduite par la sympathie et une érudition qui s'attache moins à prouver qu'à suggérer, prolonger et surtout déterminer la configuration des virtualités présentes. Il serait oiseux de corriger ce qui à plus de cinquante ans de distance se révèle erroné, hasardeux ou simplement démenti par le temps, tant l'ensemble emporte l'adhésion, tant la constellation des sept sages ici désignés : Sade, Lautréamont, Rimbaud, Mallarmé, Jarry, Apollinaire, Roussel, les sept lumières poétiques de notre civilisation, s'inscrit désormais au firmament de notre modernité.

Caractéristiques

  • Date de parution
    17/05/2001
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-8251-1443-X
  • EAN
    9782825114438
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    229 pages
  • Poids
    0.35 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 22,3 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

De son métier dessinateur pour textiles, Marcel Jean (1900-1993), peintre, poète et essayiste, fut un membre actif du mouvement surréaliste de 1932 à 1951. Il prit part à ses diverses manifestations, signa de nombreux tracts, fut comédien dans le groupe Octobre (Prévert) et Le Diable écarlate de Sylvain Itkine qui monta Ubu enchaîné d'Alfred Jarry. Ses dessins (Mourir pour la patrie, 1931, édité en 1935), ses objets, Le Spectre du Gardénia (1936), L'Arbre à tiroirs (1942), L'Armoire surréaliste (1942), ses décalcomanies en collaboration avec Oscar Dominguez (Grisou, 1936, édité en 1990), ses flottages et ses peintures en font l'un des plasticiens les plus talentueux du mouvement. Bloqué en Hongrie de 1938 à 1945, il y fit la connaissance d'Arpad Mezei, psychanalyste, psychologue, graphologue et alchimiste à ses heures perdues, avec qui il élabora la première interprétation de Maldoror (1950), reprise et complétée dans leur édition des Œuvres complètes de Lautréamont (1971), la présente Genèse de la pensée moderne (1950) et l'irremplaçable Histoire de la peinture surréaliste (1959). Marcel Jean a publié, seul, une Autobiographie du surréalisme (1978) et sa propre biographie, Au galop dans le vent (1991).

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

22,00 €