La transmission de plein droit des obligations à l'ayant cause à titre particulier

Note moyenne 
Olivier Deshayes - La transmission de plein droit des obligations à l'ayant cause à titre particulier.
Le cessionnaire de parts sociales bénéficie-t-il de la garantie d'actif et de passif initialement stipulée en faveur du cédant ? Le nouveau propriétaire... Lire la suite
51,75 €
Expédié sous 3 à 7 jours
En magasin

Résumé

Le cessionnaire de parts sociales bénéficie-t-il de la garantie d'actif et de passif initialement stipulée en faveur du cédant ? Le nouveau propriétaire d'un immeuble est-il tenu de poursuivre les contrats de surveillance ou d'entretien conclus par le précédent propriétaire ? Le sous-acquéreur d'un véhicule défectueux peut-il agir contre le fabricant sur le fondement de la garantie conventionnelle consentie au premier acquéreur ? Toutes ces questions ont un point commun. Elles constituent quelques unes des illustrations d'un même problème juridique, auquel est consacré le présent ouvrage : déterminer si les créances et les dettes du propriétaire d'un bien se transmettent de plein droit à l'acquéreur du bien. Essentiellement jurisprudentielle, la matière est animée par deux forces, aux actions contraires. Tout d'abord, il existe un principe de non-transmission des obligations, interdisant de considérer que l'ayant cause à titre particulier devient, de plein droit, créancier ou débiteur à la place de son auteur. Ce principe mérite d'être maintenu. Toutefois, contrairement à une opinion parfois défendue, il est proposé d'admettre que ce principe de non-transmission ne s'explique ni par l'effet relatif des contrats, ni par l'effet relatif des obligations personnelles. Ensuite, et par exception au principe, il s'est développé une jurisprudence dense, consacrant la transmission de plein droit de certaines créances au successeur à titre particulier. Ces exceptions jurisprudentielles intriguent. Il est démontré que ces exceptions peuvent être justifiées, que leur domaine peut être identifié et que leur régime peut être précisé à condition d'admettre qu'elles jouent un rôle correcteur, en gommant les conséquences parfois inéquitables attachées au principe de non-transmission. C'est ainsi qu'il est proposé d'admettre une authentique transmission des obligations chaque fois que cette transmission évite le dépérissement du lien de droit (critère d'utilité) tout en préservant les intérêts en présence (critère de neutralité).

Sommaire

  • FONDEMENT DU PRINCIPE DE NON-TRANSMISSION
    • Critique du rôle joué par l'effet relatif
    • Critique du rôle joué par la relativité des obligations personnelles
    • Identification du fondement du principe de non-transmission : l'indépendance des éléments du patrimoine
  • JUSTIFICATION DES DEROGATIONS AU PRINCIPE DE NON-TRANSMISSION
    • Recherche d'une justification à la transmission de plein droit des obligations
    • Validation de la justification retenue
    • Application de la justification retenue

Caractéristiques

  • Date de parution
    25/01/2005
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-275-02552-9
  • EAN
    9782275025520
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    514 pages
  • Poids
    0.815 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,0 cm × 3,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Olivier Deshayes

Olivier Deshayes, docteur en droit de l'Université Paris I (Panthéon-Sorbonne), maître de conférences à l'Université François Rabelais de Tours.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
51,75 €