Le blanc et le noir - Poche

Note moyenne 
Ce livre reproduit un album tiré à deux cents exemplaires qui avait paru en Suisse, en 1981. Il se composait de quinze lithographies, gravées sur la... Lire la suite
6,00 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 1 juin et le 7 juin
En magasin

Résumé

Ce livre reproduit un album tiré à deux cents exemplaires qui avait paru en Suisse, en 1981. Il se composait de quinze lithographies, gravées sur la pierre de la propre main de Ionesco, accompagnées de commentaires et d'un long texte d'introduction. Ionesco y raconte et y explique ses rapports avec la peinture et le dessin, la signification qu'il donne au noir et blanc. "Je me dis une fois de plus, encore, après l'avoir dit tant de fois, on ne peut rien écrire, on ne peut non plus rien dessiner sans une sincérité totale, naïve, mais il est bien difficile d'arriver à cette sincérité.
En dessinant, j'essaie ou je tâche de dégager mon esprit de tout ce qui l'encombre, de tous les soucis, de toutes les vanités, que ce soit bon ou mauvais, ce que je fais cela n'a pas d'importance". Chemin faisant, de même que la pierre du graveur se creuse, la méditation de l'écrivain l'emporte à réfléchir sur le sacré, sur le scandale de la mort. Il pense aussi à des amis disparus et soudain surgit une image de femme, abandonnée, éperdue, un roman tragique, en quelques lignes : "A-t-elle pu surmonter sa douleur ? A-t-elle pu trouver une raison de vivre ? Où est-elle ?".

Caractéristiques

  • Date de parution
    28/09/2017
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-07-274114-2
  • EAN
    9782072741142
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    76 pages
  • Poids
    0.09 Kg
  • Dimensions
    12,5 cm × 19,0 cm × 0,4 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Dans ce livre, Ionesco raconte et explique ses rapports avec la peinture et le dessin, la signification qu'il donne au noir et blanc.

À propos de l'auteur

Eugène Ionesco

Biographie d'Eugène Ionesco

Eugène Ionesco (1909-1994) prend place dès les années 1950 parmi les représentants de ce qu'on appellera "le théâtre de l'absurde" . Ses premières pièces (La Cantatrice chauve, La Leçon) traduisent son étonnement devant la vacuité des êtres et toutes les formes d'abrutissement. Tueur sans gages défend l'individu face à une société léthifère ; Rhinocéros délivre un message plus clair encore : qui voudra rester un homme aura à se méfier de tous.
Malgré une angoisse toujours croissante (Voyages chez les morts), Ionesco est de ceux qui ne capitulent pas.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

6,00 €