Le musée des Offices et le palais Pitti - La peinture à Florence - Beau Livre

Marco Chiarini

(Préfacier)

,

Antonio Paolucci

(Préfacier)

,

Jean-Philippe Follet

(Traducteur)

Note moyenne 
Mina Gregori - Le musée des Offices et le palais Pitti - La peinture à Florence.
Nous avons choisi de présenter en un seul et même volume le patrimoine artistique des deux grandes galeries florentines : le musée des Offices et le... Lire la suite
45,64 €
Actuellement indisponible

Résumé

Nous avons choisi de présenter en un seul et même volume le patrimoine artistique des deux grandes galeries florentines : le musée des Offices et le palais Pitti. Ce parti pris s'explique aisément par la grande unité des deux collections et par leur attachement mutuel. Ne sont-elles pas reliées par le Corridor de Vasari et le Ponte Vecchio ? Nous n'avons pas oublié pour autant que les Galeries florentines possédaient un grand nombre de tableaux d'une rare qualité dans les autres musées de la ville :. voilà pourquoi cet ouvrage inclut aussi les chefs-d'œuvre exposés à la galerie de l'Académie, au musée San Marco, au Bargello et au Cenacolo di San Salvi. Ces galeries font partie intégrante du grand ensemble muséographique florentin. Elles offrent une vision complète et unique au monde de la peinture toscane ainsi qu'une excellente synthèse des autres écoles italiennes (de l'École vénitienne notamment). C'est Côme Ier de Médicis qui, le premier, eut l'intelligence de regrouper aux Offices ses collections personnelles. Son projet fut repris et complété par ses successeurs François Ier, Ferdinand I et Ferdinand II. Grâce aux généreux legs de la famille Della Rovere, la galerie des Offices acquit très vite ses lettres de noblesse. Au fil des siècles, la galerie Palatine, inaugurée par Côme II, s'enrichit elle aussi des legs des Della Rovere, des collections du cardinal Léopold de Médicis et des Lorraine. Tous les grands noms de la peinture européenne sont représentés dans les galeries florentines, avec des œuvres choisies avec soin, parfois même avec des ensembles exceptionnels, comme ceux de Raphaël, Andrea del Sarto, Bronzino, Pontormo, Titien, Caravage et Rubens. De l'École flamande, le musée des Offices et le palais Pitti conservent aussi quelques tableaux de grand intérêt, signés Memling, Van der Weyden, Van Orley et David, ainsi que le Triptyque Portinari de Hugo van der Goes, qu'il faut peut-être considérer comme le chef-d'œuvre de la peinture nordique du XVe siècle. Les deux musées peuvent enfin se flatter de détenir six œuvres de Dürer, des tableaux de Greco, Velázquez, Murillo et Goya.

Caractéristiques

  • Date de parution
    17/01/2008
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-84459-173-9
  • EAN
    9782844591739
  • Format
    Beau Livre
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    685 pages
  • Poids
    3.965 Kg
  • Dimensions
    24,0 cm × 30,0 cm × 8,2 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Mina Gregori

Mina Gregori est titulaire de la chaire d'Histoire de l'Art médiéval et moderne à l'université de Florence. Elle est aussi présidente de la fondation d'art Roberto Longhi (Florence) et dirige, avec Cesare Garboli, la revue Paragone fondée par Roberto Longhi. Après avoir étudié la peinture lombarde des XVIe et XVIIe siècles, elle s'est spécialisée dans l'histoire du Seicento florentin. On lui doit plusieurs publications : des essais, des monographies ainsi que des catalogues des expositions consacrées à Morazzone (1962), à Giovanni Battista Moroni (1979), aux Campi et au Caravage (Naples et Metropolitan Museum de New York, 1985). En 1991-1992, elle a organisé une importante rétrospective des œuvres du Caravage. Antonio Paolucci est aujourd'hui surintendant à la Direction des monuments et des richesses artistiques de Florence, rédacteur de la revue Paragone et directeur du département restauration à l'Atelier des pierres dures et des mosaïques de Florence. Il a publié plusieurs études et monographies sur Donatello (1965), le musée de la Collégiale de Sant'Andrea d'Empoli (1986), la pinacothèque de Volterra (1989), Piero della Francesca (1989-1990) et Antoniazzo Romano (1992). Marco Chiarini, qui est aujourd'hui le directeur de la galerie Palatine (palais Pitti, Florence), est l'un des spécialistes les plus éminents dans le domaine de la peinture du XVIie siècle. Il fut d'ailleurs l'un des commissaires de la grande exposition de 1986, consacrée au XVIIe siècle florentin. Il a publié plusieurs articles et ouvrages sur les artistes de la cour du grand-duc (1969), les derniers Médicis (1974), les tableaux de la collection du prince Ferdinand de Toscane (Paragone, 1975), le portrait en Italie au siècle de Tiepolo (1982) et les peintures hollandaises des XVIIe et XVIIIe siècles (1989).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK