Note moyenne 
"J'écris tout bas" : être femme et poète au XIXe siècle n'est pas chose aisée, Marceline Desbordes-Valmore en convient. Et pourtant, inlassablement,... Lire la suite
9,00 €
  • Poche
  • Ebook
    • Les pleurs
      ePub
      Paru le : 11/09/2019
      Téléchargement immédiat
      8,99 €
    • Les pleurs
      PDF
      Paru le : 11/09/2019
      Téléchargement immédiat
      8,99 €
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 5 juillet
En magasin

Résumé

"J'écris tout bas" : être femme et poète au XIXe siècle n'est pas chose aisée, Marceline Desbordes-Valmore en convient. Et pourtant, inlassablement, la contemporaine de Lamartine et de Baudelaire s'est efforcée de faire entendre son cri. Mère endeuillée et amante blessée, elle écrit pour survivre à la solitude des amours mortes et célébrer la solidarité des âmes face à l'énigme de la perte. Souffles, murmures et berceuses sont les refrains d'une poésie vocale, dont les vers semblent destinés à être chantés.
La voix de Desbordes-Valmore s'exhale en soupirs languissants dans les alexandrins de "Je ne crois plus", s'amenuise jusqu'au bord du silence dans les pentasyllabes de "L'Adieu tout bas" et cascade comme un rire dans la première "Imitation de Moore". La vibration d'une parole invaincue : telle est la joie déchirante qui naît des Pleurs (1833), dont cette nouvelle édition permet de redécouvrir une figure majeure de la poésie romantique, la seule femme élevée par Verlaine au rang de "poète maudit".

Sommaire

  • RECEPTION DES POEMES AU XIXE SIECLE
  • VOIX DE FEMMES EN POESIE
  • POESIE ET SOCIABILITE ROMANTIQUES

Caractéristiques

  • Date de parution
    11/09/2019
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-08-147870-1
  • EAN
    9782081478701
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    303 pages
  • Poids
    0.215 Kg
  • Dimensions
    10,8 cm × 17,8 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

"J'écris tout bas" : être femme et poète au XIXe siècle n'est pas chose aisée, Marceline Desbordes-Valmore en convient. Et pourtant, inlassablement, la contemporaine de Lamartine et de Baudelaire s'est efforcée de faire entendre son cri. Mère endeuillée et amante blessée, elle écrit pour survivre à la solitude des amours mortes et célébrer la solidarité des âmes face à l'énigme de la perte. Souffles, murmures et berceuses sont les refrains d'une poésie vocale, dont les vers semblent destinés à être chantés.
La voix de Desbordes-Valmore s'exhale en soupirs languissants dans les alexandrins de "Je ne crois plus" , s'amenuise jusqu'au bord du silence dans les pentasyllabes de "L'Adieu tout bas" et cascade comme un rire dans la première "Imitation de Moore" . La vibration d'une parole invaincue : telle est la joie déchirante qui naît des Pleurs (1833), dont cette nouvelle édition permet de redécouvrir une figure majeure de la poésie romantique, la seule femme élevée par Verlaine au rang de "poète maudit" .
Dossier : 1. Réception des poèmes au XIXe siècle2. Voix de femmes en poésie3. Poésie et sociabilité romantiques.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

9,00 €