Les quatre jeudis - Grand Format

Note moyenne 
Alain Lorne - Les quatre jeudis.
Chronique romanesque d'un trou perdu de la Champagne la plus pauvre, au début des années 60, évoqué à travers le regard d'une bande de gamins plutôt... Lire la suite
15,30 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 17 août et le 18 août
En magasin

Résumé

Chronique romanesque d'un trou perdu de la Champagne la plus pauvre, au début des années 60, évoqué à travers le regard d'une bande de gamins plutôt délurés. L'énorme curiosité qui les démange - celle que commande (et qui commande) le vie - les pousse à regarder un peu plus loin qu'il n'est permis... et à découvrir des gestes, des désirs, des noirceurs qui ne sont pas de leur âge. A moins que le sortir d'enfance ne soit, justement, cette transgression, violence toujours, qui nous montre enfin le monde tel qu'il est, nous révèle les règles du grand jeu à venir - et que l'existence promise à ceux qui grandissent n'est pas une semaine des quatre jeudis. Alain Lorne ne triche pas, ne pleure pas sur cette époque disparue hier - et qui a encore, dans ces parages, un drôle de goût d'avant-guerre. Sans chichis, sans fausse poésie, dans une écriture drue qui en surprendra plus d'un, il lui tire le portrait comme faisaient ces photographes ambulants de naguère : avec netteté et un sens du détail qui toujours fait mouche - sans oublier telle lumière venue d'on ne sait où, et qui a la couleur de l'éternité. Les Quatre jeudis est le deuxième roman d'Alain Lorne. Le premier, La Route brûlée (Phébus, 1996), avait reçu un accueil critique mieux qu'encourageant : " Un livre à couper le souffle... Des bonheurs d'écriture à chaque page. " (Gilles Perrault)

Caractéristiques

  • Date de parution
    06/07/1998
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-85940-508-9
  • EAN
    9782859405083
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    158 pages
  • Poids
    0.195 Kg
  • Dimensions
    14,1 cm × 20,6 cm × 1,1 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Chronique romanesque d'un trou perdu de la Champagne la plus pauvre, au début des années 1960, évoqué à travers le regard d'une bande de gamins plutôt délurés. L'énorme curiosité qui les démange - celle que commande (et qui commande) le vie - les pousse à regarder un peu plus loin qu'il n'est permis... et à découvrir des gestes, des désirs, des noirceurs qui ne sont pas de leur âge. A moins que le sortir d'enfance ne soit, justement, cette transgression, violence toujours, qui nous montre enfin le monde tel qu'il est, nous révèle les règles du grand jeu à venir - et que l'existence promise à ceux qui grandissent n'est pas une semaine des quatre jeudis.
Alain Lorne ne triche pas, ne pleure pas sur cette époque disparue hier - et qui a encore, dans ces parages, un drôle de goût d'avant-guerre. Sans chichis, sans fausse poésie, dans une écriture drue qui en surprendra plus d'un, il lui tire le portrait comme faisaient ces photographes ambulants de naguère : avec netteté et un sens du détail qui toujours fait mouche - sans oublier telle lumière venue d'on ne sait où, et qui a la couleur de l'éternité.
Les Quatre jeudis est le deuxième roman d'Alain Lorne. Le premier, La Route brûlée (Phébus, 1996), avait reçu un accueil critique mieux qu'encourageant : Un livre à couper le souffle... Des bonheurs d'écriture à chaque page. " (Gilles Perrault)"

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

15,30 €