Oscar Niemeyer en France - Un exil créatif - Grand Format

Note moyenne 
Oscar Niemeyer (1907-2012) est l'une des grandes figures de l'architecture moderne, dans le monde. Créateur, dans son Brésil natal, de nombreux édifices... Lire la suite
25,00 €
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 23 juin
En magasin

Résumé

Oscar Niemeyer (1907-2012) est l'une des grandes figures de l'architecture moderne, dans le monde. Créateur, dans son Brésil natal, de nombreux édifices emblématiques les sites de Pampulha et de Brasília sont l'un et l'autre inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco, Niemeyer a également construit en Europe, en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Dans les années 1960, la dictature militaire le contraint à un "exil volontaire" et la France devient sa principale terre d'accueil.
Il y fonde une agence et, malgré les difficultés administratives et politiques qui auront raison de plusieurs projets, développe dans l'Hexagone une oeuvre majeure : pour des industriels, des amateurs éclairés, mais surtout pour le Parti communiste français dont il est proche. Le siège de la place du Colonel-Fabien à Paris, celui du journal L'Humanité à Saint-Denis, la Bourse du travail de Bobigny, la maison de la culture du Havre mais aussi la villa Mondadori sont les réalisations les plus marquantes d'une carrière française facilitée par de nombreux soutiens et réseaux d nt l'importance est ici mise en évidence.
Cet ouvrage dévoile également quantité d'études et d'esquisses passionnantes tirées d'archives inédites.

Caractéristiques

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Décédé en 2012 à la veille de ses 105 ans, l'architecte brésilien Oscar Niemeyer est mondialement connu pour la ville de Brasilia. Son oeuvre en France est ici pour la première fois étudié. Décédé en 2012 à la veille de ses 105 ans, l'architecte brésilien Oscar Niemeyer est mondialement connu pour la ville de Brasilia. Après une formation à l'Ecole des beaux-arts de Rio, il entre au cabinet d'un proche de Le Corbusier, Lucio Costa.
Aussi, quand ce dernier se voit confier par le président Kubitschek la conception de la nouvelle capitale, Niemeyer en construit naturellement les principaux bâtiments publics. Avec l'inauguration de la ville en 1960, il devient immédiatement une célébrité mondiale. Quatre ans plus tard, fuyant la dictature militaire, il trouve refuge en France où il reçoit plusieurs commandes, impulsées par le Parti communiste ainsi que par le ministre de la Culture du général de Gaulle, André Malraux.
Il ne rentrera au Brésil qu'en 1985. Se succéderont nombre d'édifices emblématiques comme le siège du Parti, place du Colonel-Fabien, la Maison de la culture du Havre dite "Le Volcan", la Bourse du travail de Bobigny, ou le siège de L'Humanité. L'étude de Vanessa Grossman et Benoît Pouvreau est l'occasion de découvrir d'autres constructions ou projets moins connus comme les résidences dans le midi (à l'instar de la villa Nara Mondadori à St-Jean-Cap-Ferrat), les logements collectifs (comme ceux de Dieppe ou Villejuif), ou les bureaux (comme ceux de Renault à Boulogne-Billancourt).
Grâce aux archives de la Fundação Oscar Niemeyer, ce livre jette un éclairage unique sur l'oeuvre de Niemeyer, montrant comment ses réalisations françaises ont marqué le développement de son oeuvre international. Sa riche personnalité le vit également dessiner des meubles, collaborer à la Fête de l'Humanité à partir de 1978, participer au jury qui choisit les jeunes Piano et Rogers pour le Centre Pompidou, ou encore imaginer une salle de spectacles amovible pour la Cour carrée du Louvre.

À propos des auteurs

Docteur en histoire de l'architecture, Benoit Pouvreau est chargé de l'inventaire du patrimoine culturel en Seine-Saint-Denis depuis 2002. Ses recherches portent sur le logement social, ainsi que ruile patrimoine du XXe siècle et les lieux d'histoire et de mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Il a notamment publié, ou copublié, Un politique en architecture, Eugène Claudius-Petit (2004), 1945-1975, une histoire de l'habitat.
40 ensembles "Patrimoine du XXe siècle" (2010), Les Graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs (2014), Les Cités-jardins d'Ile-de-France. Une certaine idée du bonheur (2018). Vanessa Grossman, Brésilienne, est architecte et historienne. Titulaire d'un doctorat de l'université de Princeton vat d'un postdoctorat de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, elle est professeur assistante à l'université de technologie de Delft.
Ses recherches portent sur les liens entre architecture et gouvernance, particulièrement sur les réseaux internationaux établis en Europe et en Amérique latine pendant la guerre froide. Elle a notamment publié Le PCF a changé ! Niemeyer et le siège du Parti communiste (1966-1981) (2013) et copublié La Modernité, promesse ou menace ? France, 101 bâtiments, 1914-2014 (2014) et AUA, une architecture de l'engagement, 1960-1985 (2015).

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

25,00 €