Une voix sur Israël - Suivi de Claudel plus que sioniste ou la vocation catholique d'Israël - Poche

Note moyenne 
Paul Claudel - Une voix sur Israël - Suivi de Claudel plus que sioniste ou la vocation catholique d'Israël.
En 1949 le diplomate retraité Paul Claudel voulut célébrer la création de l'Etat d'Israël en extrayant cent pages assez brulantes de l'Evangile d'Isaïe... Lire la suite
12,00 €
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 23 mai et le 25 mai
En magasin

Résumé

En 1949 le diplomate retraité Paul Claudel voulut célébrer la création de l'Etat d'Israël en extrayant cent pages assez brulantes de l'Evangile d'Isaïe auquel il travaillait : " Tout de même c'est arrivé ! c'est arrivé sous nos yeux et cela sent encore, cela fume encore ! " Alors que les armées arabes et juive viennent à peine de cesser le feu, à un moment où l'on ne s'apitoie guère sur la tribulation de rescapés des " infatigables cheminées d'Auschwitz ", où le principe d'un nouveau concile et la responsabilité de l'antisémitisme chrétien sont encore peu évoqués, quarante ans avant la reconnaissance de l'Etat juif par l'Eglise, Claudel veut célébrer " ce perpétuel Mercredi des Cendres " dont " Israël a fait son habitation " : " Je songe à ces flocons de suie humaine répartis par les quatre vents à tous les peuples d'Europe ".
Avec la franchise un peu rugueuse qui caractérise le grand poète, il évoque " la promesse à Abraham " et " Israël par sa seule force reprenant possession de la terre de ses pères, refoulant les occupants, reconnu comme une nation autonome " car : " Ici tu es chez toi. Il n'y a pas prescription. Il n'y a jamais eu un acte juridique pour te déposséder ". " Leur retour à la Terre promise n'a pas eu le caractère d'un accident, écrit-il, mais d'une nécessité.
Il n'y avait pas d'alternative. " Et il cite l'Evangile : Seigneur, où irions-nous ? " De nouveau il y a Israël debout sur l'antique pierre du pacte. " Claudel applique à la seule véritable révolution du XXe siècle les mots-mêmes de saint Paul : " Si leur perte a été la réconciliation du monde, que sera leur assomption, sinon la vie d'entre les morts ? " Et c'est cela que l'exégète appelle " la vocation catholique d'Israël " : " Implante-toi, Israël, dans la rectitude : montre-nous, comme un piquet de fer, ce ciel où toute rédemption aboutit.
" Claudel demande du temps pour " enterrer nos griefs réciproques ", du temps pour " refaire connaissance " : " Je ne demande pas à Israël de se convertir hic et nunc, comme il serait cependant naturel que moi, catholique, je le désirasse. Je lui demande d'être fidèle à son privilège de priorité ". A l'aube d'une Europe effrayée des conséquences sanglantes de sa propre histoire, et comme démissionnaire, décidée à se débarrasser peut-être de tout ce qu'a été jusqu'ici son existence et le charme de la vie sur cette terre, de tout ce qu'il en reste dans les cendres et les larmes, ces mots retentissent comme l'héritage, l'avertissement, la vérité et l'horizon du catholicisme français : " C'est Israël qui a accordé à Dieu l'incarnation ".
Ce peuple ne s'est " pas vanté en vain de boire à la coupe ", c'est " le délégué et le survivant d'un abîme d'humiliation, d'injustice et de souffrance ". " Eh bien ! je me demande si Dieu n'a pas été prendre Israël par la main pour le ramener dans sa patrie, s'il n'a pas été le chercher tout exprès pour le planter devant cette ruine irréparable et pour lui dire : Regarde Ma maison en ruine ! " Toute référence à cette publication ayant disparu dans l'édition disponible de l'Evangile d'Isaïe il était nécessaire de rééditer ce texte.
Dans sa présentation théologico-politique, Fabrice Hadjadj rappelle que c'est pour Israël que Claudel rompit au même moment un dialogue de quarante ans avec l'arabisant Louis Massignon. Massignon croyait apercevoir une " monstrueuse profanation idolâtrique du véritable Israël que nous devrions être, nous chrétiens " dans " l'affreux nazisme de Tel Aviv ", tandis que Claudel, insensible aux charmes de la mystique ou de la politique islamiques, exprimait " le désir, sinon le devoir des chrétiens de sauver tous ces frères qui gémissent sous le joug de misère et d'abrutissement " du " Faux Prophète " et des " usuriers musulmans ".
Après ceux de Pierre Boutang, Pierre-André Taguieff, Michaël Bar-Zvi ou Richard Millet, c'est le huitième volume de la collection " Israël et la France ".

Caractéristiques

  • Date de parution
    08/06/2017
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-912833-43-3
  • EAN
    9782912833433
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    120 pages
  • Poids
    0.097 Kg
  • Dimensions
    10,0 cm × 17,0 cm × 0,8 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

En 1949 le diplomate retraité Paul Claudel voulut célébrer la création de l'État d'Israël en extrayant cent pages assez brulantes de l'Évangile d'Isaïe à laquelle il travaillait.

À propos de l'auteur

Biographie de Paul Claudel

Paul Claudel publie en 1889 son premier drame Tête d'Or. Poète, dramaturge, diplomate, il meurt après un long périple à Paris en 1955. Dans ses entretiens avec Jean Amrouche (" Mémoires improvisés ", 1951), Paul Claudel déclarait : " L'entreprise d'arranger ensemble les deux mondes, de faire coïncider ce monde-ci avec l'autre a été celle de toute ma vie, et c'est au moment où je suis sorti de Notre-Dame que l'immensité de cette entreprise m'a sauté aux yeux.
" Il formulait ainsi la vocation de ce catholicisme français judéo-compatible, qui déjà avait proclamé avec Péguy : " Le spirituel est charnel ". Fabrice Hadjadj né en 1971, depuis Et les Violents s'en emparent, 1999, La Terre chemin du Ciel, 2002, Massacre des Innocents, 2006, s'y emploie.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

12,00 €