Victor Hugo le philosophe

Note moyenne 
Charles Renouvier - .
Charles Renouvier (1815-1903) occupe une position excentrique par rapport à la philosophie institutionnelle. Figure de proue du néo-kantisme, il sera... Lire la suite
18,00 €
Actuellement indisponible

Résumé

Charles Renouvier (1815-1903) occupe une position excentrique par rapport à la philosophie institutionnelle. Figure de proue du néo-kantisme, il sera durant toute la Troisième République le représentant majeur d'une certaine philosophie républicaine, dans la mouvance du protestantisme libéral, hostile à la fois au positivisme et au socialisme jacobin, et très attachée à trouver les fondements moraux de la société nouvelle dans les droits et les devoirs de la personne. La grande nécessité du temps est celle de l'élaboration d'une morale civique, qui comblera le vide de pratiques religieuses et philosophiques purement formelles, et qui fondera la République non d'en haut, par la puissance de l'Etat, mais d'en bas, par la conscience qu'aura chaque citoyen de ses droits et de ses devoirs. D'où la question primordiale du pouvoir spirituel, souvenir de sa jeunesse saint-simonienne, question que Renouvier ne cessera de poser en termes de mission pour le philosophe du XIXe siècle. Serait-ce Hugo, le poète, qui aurait été le philosophe du XIXe siècle, son maître spirituel, son guide moral ? Tout l'essai de Renouvier tend à reconnaître en lui un philosophe, mais un philosophe sans disciples, un " mage qui s'est trompé de siècle pour apparaître ", et sur lequel le XIXe siècle s'est trompé en lui accordant la gloire sans pouvoir adhérer à ses visions, sans pouvoir croire à ses conceptions. Victor Hugo le philosophe est la généalogie d'une fausse rencontre entre l'écrivain et son siècle. Celle-ci tient essentiellement aux contradictions philosophiques de son œuvre qui résument aux yeux de Renouvier celles de toute la métaphysique, dans le conflit entre philosophies de la nécessité et de la liberté. Hugo est, " quand il y pense ", un néo-criticiste, par l'affirmation de la souveraineté de la conscience, de l'immortalité de l'âme et de l'existence d'un Dieu personnel et garant du sens moral des destinées individuelles et collectives. Quand il n'y pense pas, et qu'il se laisse guider par son instinct poétique, ses songes s'enfoncent dans le monde sans conscience des choses, comme une étrange résurgence du génie de l'Inde originaire, " égaré " dans la France du XlXe siècle.

Caractéristiques

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Furet.com utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK