La veuve blanche - E-book - Epub fixed layout

Note moyenne 
Une jeune veuve de dix-neuf ansLe jour de leurs noces, Valérie et Laurent de Maximy ont un accident de voiture. Si elle s'en sort indemne, son mari meurt... Lire la suite
9,99 € E-book - Epub fixed layout
  • Ebook
  • Album
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

Une jeune veuve de dix-neuf ansLe jour de leurs noces, Valérie et Laurent de Maximy ont un accident de voiture. Si elle s'en sort indemne, son mari meurt sur le coup. Alors qu'elle s'est enfermée dans la maison familiale, Frédéric, le frère du défunt, force sa porte. Valérie, hystérique, le met dehors, non sans lui avoir révélé son secret : si elle est vierge, son mari, noceur invétéré, l'a trompée la veille de leur mariage.
Peu de temps après, elle disparaît, après avoir vidé les comptes. Troublé par cette jeune femme qu'il ne connaît finalement pas, Frédéric engage un détective et part à sa recherche. Le passé tumultueux de Valérie remonte alors à la surface tandis qu'il suit sa trace à travers l'Europe, une piste qui devient de plus en plus sanglante. Mais qui est Valérie ?Un polar troublant, par un maître du neuvième artAvec La Veuve blanche, Paul Gillon signe un polar haletant, violent et sensuel à travers le destin d'une jeune veuve de dix-neuf ans, pas aussi innocente qu'elle en a l'air.
La tension monte au fil des pages, sans temps mort, de rebondissements en révélations, jusqu'au dénouement final. Paul Gillon démontre, s'il en était encore besoin, toute l'étendue de son talent, tout en finesse, élégance et sensualité.

Caractéristiques

  • Date de parution
    26/03/2010
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-8001-8986-4
  • EAN
    9782800189864
  • Format
    Epub fixed layout
  • Nb. de pages
    80 pages
  • Caractéristiques du format Epub fixed layout
    • Pages
      80
    • Taille
      77 865 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Gillon

Né à Paris le 11 mai 1926, Paul Gillon a abordé pratiquement tous les genres réalistes de la BD de ces cinquante dernières années. Il débute à quatorze ans en illustrant des partitions de chansons célèbres et réalise des caricatures d'artistes de la scène et du cinéma pour SAMEDI-SOIR, FRANCE DIMANCHE et GAVROCHE. Pilier de l'hebdomadaire VAILLANT dès 1947, il y aborde l'exotisme ("Lynx Blanc" et "Wango", sur scénarios de Roger Lécureux), la reconstitution historique et politique ("Fils de Chine", toujours avec Lécureux), la flibuste ("Le Cormoran", avec Jean Ollivier), l'adaptation littéraire ("Moby Dick") et, sur ses propres textes, les aventures du jeune "Jérémie".
Il travaille parallèlement dans 34 CAMERA, FEMMES D'AUJOURD'HUI, REVES et RADAR où il livre récits complets et illustrations. De 1959 à 1972, il dessine pour FRANCE-SOIR le strip quotidien "13, rue de l'Espoir", un soap-opera de Jacques et François Gall. Le journal de MICKEY accueille successivement "La Déesse d'or" (scénario de Brigitte Muel), "Le Temps des copains" (d'après la série télévisée), "Le Fantôme de Barbe-Noire" (illustrant un film à acteurs des studios Disney) et "Téva" (d'après une nouvelle série télévisée).
La science-fiction fait partie de ses domaines favoris : la saga des "Naufragés du Temps" avec Forest, les récits complets recueillis dans les albums "Mécanoïdes associés" et "Processus de survie", les séries des "Léviathans" (Humanoïdes Associés) et de "La Survivante" (Albin Michel). Mais il ne dédaigne pas l'histoire et l'adaptation littéraire : "Notre-Dame de Paris" (adaptation de Victor Hugo par Claude Gendrot), "Histoire du socialisme en France" (sur un texte de Claude Moliterni), "Au nom de tous les miens" (adaptation du best-seller de Martin Gray par Patrick Cothias), voire la biographie sulfureuse de "Jehanne", où l'on apprend que la pucelle avait plus d'une corde à son arc... A plus de soixante-dix ans, ce maître du graphisme élégant s'est offert pour délassement une reconstitution romancée d'un siècle de cinéma en composant le diptyque "La Dernière des salles obscures", sur un scénario de Denis Lapière, pour la prestigieuse collection "Aire Libre".
On lui doit également un polar troublant, réalisé dans la même collection, "La veuve blanche". Né à Paris le 11 mai 1926, Paul Gillon a abordé pratiquement tous les genres réalistes de la BD de ces cinquante dernières années. Il débute à quatorze ans en illustrant des partitions de chansons célèbres et réalise des caricatures d'artistes de la scène et du cinéma pour SAMEDI-SOIR, FRANCE DIMANCHE et GAVROCHE.
Pilier de l'hebdomadaire VAILLANT dès 1947, il y aborde l'exotisme ("Lynx Blanc" et "Wango", sur scénarios de Roger Lécureux), la reconstitution historique et politique ("Fils de Chine", toujours avec Lécureux), la flibuste ("Le Cormoran", avec Jean Ollivier), l'adaptation littéraire ("Moby Dick") et, sur ses propres textes, les aventures du jeune "Jérémie". Il travaille parallèlement dans 34 CAMERA, FEMMES D'AUJOURD'HUI, REVES et RADAR où il livre récits complets et illustrations. De 1959 à 1972, il dessine pour FRANCE-SOIR le strip quotidien "13, rue de l'Espoir", un soap-opera de Jacques et François Gall.
Le journal de MICKEY accueille successivement "La Déesse d'or" (scénario de Brigitte Muel), "Le Temps des copains" (d'après la série télévisée), "Le Fantôme de Barbe-Noire" (illustrant un film à acteurs des studios Disney) et "Téva" (d'après une nouvelle série télévisée). La science-fiction fait partie de ses domaines favoris : la saga des "Naufragés du Temps" avec Forest, les récits complets recueillis dans les albums "Mécanoïdes associés" et "Processus de survie", les séries des "Léviathans" (Humanoïdes Associés) et de "La Survivante" (Albin Michel).
Mais il ne dédaigne pas l'histoire et l'adaptation littéraire : "Notre-Dame de Paris" (adaptation de Victor Hugo par Claude Gendrot), "Histoire du socialisme en France" (sur un texte de Claude Moliterni), "Au nom de tous les miens" (adaptation du best-seller de Martin Gray par Patrick Cothias), voire la biographie sulfureuse de "Jehanne", où l'on apprend que la pucelle avait plus d'une corde à son arc... A plus de soixante-dix ans, ce maître du graphisme élégant s'est offert pour délassement une reconstitution romancée d'un siècle de cinéma en composant le diptyque "La Dernière des salles obscures", sur un scénario de Denis Lapière, pour la prestigieuse collection "Aire Libre".
On lui doit également un polar troublant, réalisé dans la même collection, "La veuve blanche".

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

9,99 €