La Faim - Poche

Georges Sautreau

(Traducteur)

,

André Gide

(Préfacier)

,

Octave Mirbeau

(Préfacier)

Note moyenne 
1 note -  Donner un avis
La seule chose qui me gênât un peu, c'était, malgré mon dégoût de la nourriture, la faim quand même. Je commençais à me sentir de nouveau un... Lire la suite
6,90 €
  • Poche
    • La Faim
      Paru le : 28/04/2004
      En stock
      6,90 €
  • Ebook
    • La Faim
      Multi-format
      Paru le : 05/06/2016
      Téléchargement immédiat
      4,99 €
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 17 août
En magasin

Résumé

La seule chose qui me gênât un peu, c'était, malgré mon dégoût de la nourriture, la faim quand même. Je commençais à me sentir de nouveau un appétit scandaleux, une profonde et féroce envie de manger qui croissait et croissait sans cesse. Elle me rongeait impitoyablement la poitrine ; un travail silencieux, étrange, se faisait là-dedans.

Caractéristiques

  • Date de parution
    28/04/2004
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-253-04963-8
  • EAN
    9782253049630
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    288 pages
  • Poids
    0.165 Kg
  • Dimensions
    11,0 cm × 16,5 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

Avis libraires

À propos de l'auteur

Biographie de Knut Hamsun

Knut Hamsun (Lom, Gudbrandsdal, 1859 - Norholm 1952), écrivain norvégien. D'origine paysanne, il exerce les métiers les plus divers dans son pays et aux États-Unis, où il passe plusieurs années. Après diverses tentatives, il obtient un vif succès littéraire avec un récit à teneur autobiographique, La Faim (1890), où il analyse les sensations d'un homme torturé par la faim. Il y expose sa poétique : rejetant toute considération de critique sociale, toute concession à l'art réaliste ou aux conceptions positivistes alors en vogue, il se tourne vers la vie inconsciente de l'âme, le rêve, le mystère.
Ce roman marque une révolution dans la littérature norvégienne. Hamsun le fait suivre de Mystères (1892), dont le protagoniste est imprégné d'esprit nietzschéen, et de Pan (1894), exaltation romantique du retour à la nature mystérieuse et secrète du Nord. En 1904, il publie un recueil de poèmes, Le Chœur sauvage, hymne à la nature et à l'amour. La trilogie romanesque qu'il entreprend ensuite (Sous l'étoile d'automne, 1906 ; Un vagabond joue en .sourdine, 1909 ; La Dernière Joie, 1912) met en scène un protagoniste dont l'individualité fortement marquée ne doit rien à la société.
L'œuvre fait néanmoins entendre une note apaisée, presque mélancolique. La Première Guerre mondiale sera dans la carrière de Hamsun une étape importante. Politiquement, il affirme des sentiments fermement germanophiles. Son aversion pour le mercantilisme de la civilisation modeme l'incline à prôner le retour à la terre. La verve satirique déjà perceptible dans Enfants de leur temps (1913) et La Ville de Segelfoss (1915) se mue en credo naturiste.
C'est le regret pour la civilisation paysanne en voie de disparition qui inspire l'une de ses oeuvres les plus célèbres. L'Éveil de la glèbe (1917), grâce à laquelle notamment il obtient le prix Nobel en 1920. La dernière grande réalisation de Hamsun est la trilogie Les Vagabonds (1927), August le marin (1930), La vie continue (1933), dont le protagoniste rappelle le Peer Gynt d'Ibsen. Au moment de l'occupation nazie, Hamsun se range du côté du régime de Quisling : accusé de trahison, il est enfermé dans une maison de santé (1945-1948), jugé et privé de ses biens.
En 1949, il écrit, en guise de plaidoyer, Sur les sentiers où l'herbe repousse.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

6,90 €